Dee Snider : Leave a scar

Metal

Dee Snider est le charismatique frontman de Twisted Sister, groupe que je chéris depuis ma plus tendre adolescence. J’ai suivi leur carrière jusqu’à leur dernier album studio en date, Love is for Suckers, sorti en 1987. Hélas, des divergences au sein du groupe ont mis fin momentanément au travail du groupe. Depuis néanmoins, ils se rejoignent sur certaines dates et festivals pour jouer et rejouer leur répertoire que les fans connaissent à la note près, mais l’énergie toujours présente compense le manque de nouveauté. Twister restera Twisted, à tout jamais.

 

Dee Snider est resté le plus actif des membres de Twisted et n’a jamais cessé d’enregistrer des albums en solo, il est même récemment intervenu sur le dernier Ayreon Transitus, pour incarner deux chansons, d’ailleurs excellentes, de l’œuvre d’Arjen Lucassen.

 

nanook-webzine-dee-snider-leave-a-scar-album-musique-metal-chronique

 

Leave a Scar est donc le dernier album tout chaud tout beau de l’énergumène et, dans la lancée du précédent For the Love of Metal, on remarque de suite que le chanteur n’a rien perdu de son coffre ni de son énergie. Quelle voix, mes aïeux… Faut-il rappeler que Dee vient de fêter ses 66 printemps ?

 

 

En tout cas, le blond vocaliste s’est entouré d’une équipe de furieux, à savoir Nick Bellmore aux fûts, Russel Pzutto à la basse, Charlie Bellmore et Nick Petrino aux guitares. Ca part donc en furie sur les starting blocks avec I gotta rock – ne me dîtes pas qu’il n’y a pas un clin d’œil au tube planétaire des Twisted I wanna Rock sorti sur l’album Stay Hungry… je ne vous croirais pas… Par contre le style n’a rien à voir avec celui des Sœurs Tordues, et cela se confirme sur la suite, All or nothing more, presque neo metal avec ces growls qui n’auraient pas dépareillés sur un album de Ill Nino. Down but never out ne me fera pas mentir, on se prendrait presque à gesticuler sur un Caught in a Mosh à la belle époque d’Anthrax !!! Tout cela baigné d’un son puissant et très moderne, genre guitare à 7 cordes et double grosse caisse qui bastonne, Dee Snider a toujours ce grain de voix typique qu’on lui connaît, un peu plus éraillé qu’avant mais il montre qu’il fait toujours partie du haut podium des chanteurs metal.

 

 

La suite est un peu plus convenue avec Before I go et son refrain qui reste bien en tête et Open Season qui, elle, aurait pu figurer sur un album de Twisted. Silent Battles renoue avec un style heavy classique muni à nouveau d’un refrain qu’on aura du mal à se retenir de chanter tout au long de la journée… D’ailleurs, vous m’entendez là ? Fighting Silent Battles….

 

In for the kill nous remet un coup de pelle dans la tête avec son dynamisme et ce chant répété à l’envi pendant le refrain. Puis, surprise encore une fois, Time to choose nous assomme car c’est un pur joyeux de speed thrash comme on n’en fait plus, faisant la part belle aux riffs genre Slayer et aux compositions léchées comme les allemand de Rage savent bien faire ! Pour enfoncer le clou, George Fisher, frontman des death metalleux de Cannibal Corpse, nous fait cadeau de ses growls sortis tout droit d’outre-tombe. Magnifique, j’ai 16 ans à nouveau !!!

 

Avec S.H.E., on voit que Dee Snider est toujours un compositeur de talent mais qui donne parfois dans le kitch, avec son refrain aux chœurs édulcorés, faisant penser au loin aux Dokken et Bon Jovi des 80’s. Rafraîchissant, surtout qu’après, la rapidité et le thrash reviennent en force sur The Reckoning, un autre bijou étincelant de metal furieux. L’album se termine de la meilleure des façons avec une power ballade Stand, qui prouve encore une fois que malgré la hargne de maître Snider, il reste un peu de douceur et d’émotion dans sa voix et ses mélodies. Très belle chanson de très bon goût !

 

Rares sont les chanteurs rock et metal qui parviennent à ce niveau de qualité et d’inspiration au faîte de leur carrière, Dee Snider en fait sans nul doute partie à jamais, et ce fut un bonheur de vivre cet album bourré de jeunesse, de modernité et de nostalgie en même temps. J’espère que vos cervicales sont en bon état, car vous allez vous en servir tout au long de ce disque si délicat ! Si Twisted Sister faisait du très bon hard-rock, Dee Snider fait du très bon heavy metal qui tache, et c’est trop bon !

 

Autres albums de Dee Snider à découvrir :

We are the ones
For the love of metal

 

Albums de Twisted Sister à (re-)découvrir :

Under the Blade
You can’t stop rock’n’roll
Stay Hungry
Come out and play
Love is for Suckers

 

Pour en savoir plus :