Interview : Untitled With Drums

Rock

Le son rock des 90’s d’Untitled With Drums nous a donné envie d’interviewer Martin Le Borgne (chanteur, bassiste, et qui a également réalisé la pochette) à propos du groupe et de leur album Hollow.

 

nanook-webzine-interview-musique-untitled-with-drums-photo-Charly-Lurat

 

Interview

Pouvez-vous raconter votre parcours musical ?
Comment avez-vous eu l’envie de créer votre groupe ?

Nous nous sommes formés en pendant l’été 2015, à l’époque nous faisions presque tous partie de formations différentes : Rémy officiait dans Birmingham (Post-HxC), Nicolas jouait et joue encore dans Niandra Lades (Pop/Rock Indé), et avec Maxence on cassait notre matériel dans Vietnam (Dark Punk). On s’est tous rencontré en partageant des scènes avec ces projets, et en trainant dans les mêmes lieux de concerts à Clermont Ferrand.

 

nanook-webzine-interview-musique-untitled-with-drums-Logo-groupe

 

Untitled With Drums … Curieux nom pour un groupe ! Pourquoi ce choix ?

Oui, imprononçable pour la plupart des gens, ce nom est aussi celui d’un de mes morceaux préférés de Shipping News (sur l’album Flies The Fields). Il a une atmosphère très mélancolique qui est, même si nos styles sont très différents, un fil conducteur commun.

 

 

Impossible de ne pas penser au son des 90’s (notamment au groupe Alice in Chains) en écoutant votre musique : quelles sont vos influences musicales ?

Nous venons d’horizons musicaux très différents dans UWD et je pense que notre son est plutôt défini par ce mélange que par une influence en particulier. Parmi celles qui transpirent plus que d’autres : Failure, Deftones, Hum…

On est fasciné par la richesse de cette scène qui n’a pas forcément bénéficié de tous les outils de production et de communication que nous avons aujourd’hui. C’est aussi ce qui nous pousse à persévérer dans cette formule.

 

 

Votre album Hollow est sorti au printemps dernier, avec 10 titres qui ont d’abord été enregistrés « live ». Cela vous paraissait important de faire ressentir aux auditeurs l’énergie de votre groupe à travers cette technique ?

Avec notre façon de travailler, cette méthode s’est presque imposée d’elle-même, au moins pour le basse/batterie (nous avons ré-enregistré guitares et claviers par la suite). C’est cette énergie et cette cohésion qu’on recherche en concert et il nous a paru plus sincère de les rendre les plus évidents possibles sur le disque.

 

 

Quel titre vous tient particulièrement à coeur sur Hollow ?

Le morceau Stasis avec du recul représente pour moi assez bien l’objectif de l’album. Il combine le côté très rock et linéaire avec une atmosphère et des signatures plus « subtiles ». C’est aussi pour moi l’un des plus intenses à jouer en live, je pense que ça joue beaucoup.

 

Un univers musical… mais on découvre aussi dans un univers graphique, dont vous êtes est l’auteur : pouvez-vous nous en dire plus sur l’atmosphère que vous avez voulu faire ressortir à travers ce côté visuel ?

Le thème général de l’album étant le vide, le creux, je voulais le dépeindre non pas comme un résultat mais comme un processus. Quelque chose d’actif, qui ronge de l’intérieur. Les choix visuels sont pour moi dans la continuité du parti pris imagé des paroles.

 

nanook-webzine-interview-musique-untitled-with-drums-Artwork-martin-le-borgne-chanteur-bassiste

 

Pour la suite, avec quel artiste aimeriez-vous faire une collaboration musicale ?

Je n’ai pas d’artiste particulier en tête mais on est toujours très ouvert à la collaboration. De mon point de vue, pour un groupe comme le nôtre, c’est du côté de l’électronique et des machines que l’on pourrait développer quelque chose d’intéressant !

 

Pour en savoir plus