À la découverte de l’association Street Art Sans Frontières à Saint-Nazaire

Activités artistiques

Street Art Sans Frontières est une association artistique et solidaire basée à Saint-Nazaire (44). Intriguée, j’ai eu envie d’en savoir plus et de vous faire découvrir ce beau projet. Antoine, l’un des fondateurs, nous parle plus amplement de l’association et de ses activités dans cette interview pour notre webzine.

 

nanook-webzine-association-interview-street-art-sans-frontieres-1

 

Interview d’Antoine,
membre fondateur de l’association

 

nanook-webzine-association-interview-street-art-sans-frontiere-2

 

Pouvez-vous nous présenter l’association S.A.S.F. et ses principaux acteurs ?

S.A.S.F. est un collectif d’artistes qui s’est réunis sous le statut d’association en 2014 et qui a pour but de créer un lien avec le monde, grâce aux pouvoirs du street art. L’association, pensée par Mathieu et Antoine est née du désir de mêler l’art et les voyages, et de l’envie de réaliser des projets dans des pays où la culture Street art n’est pas encore très présente.
Pour nous, le voyage est déjà une expérience en soi, et, associé au Street art, c’est l’occasion de créer de l’échange avec les gens, d’ouvrir le débat, de briser certaines idées reçues, certains clivages.

L’équipe se compose de plusieurs membres aux parcours complémentaires, qui ont tous un sens aiguisé de l’humain et de l’artistique, et qui cumulent les compétences ; peinture, photographie, éducation etc…

 

nanook-webzine-association-interview-street-art-sans-frontieres-8

 

Quelles sont vos activités ?

L’idée, c’est d’aller à la rencontre des différentes communautés pour partager, et échanger autour de la création d’œuvres collectives, minimalistes et multicolores. Nous réalisons donc des ateliers participatifs visant à rendre l’art plus accessible, en favorisant le dialogue et toutes les interactions possibles. Notre média de prédilection est la peinture, mais nous réalisons aussi des collages, ou bien de la sérigraphie. Et nous projetons des activités de mosaïque prochainement. L’art est un outil puissant qui peut faire naître de nouvelles réflexions sur le monde, de l’inspiration et une certaine ouverture d’esprit, notamment chez les plus jeunes.

Le street art est un moyen ludique et accessible pour toucher ceux qui ont le moins accès à l’art parce qu’il est d’accès libre, gratuit, et direct, sans qu’il soit nécessaire de franchir la porte d’un musée ou d’une galerie pour s’y intéresser.

 

 

Votre association mêle l’art et les voyages.
Dans quels pays avez-vous déjà été ?

Jusqu’à présent, nous avons surtout été invité en Afrique, au Maroc, en Guinée Bissau, au Kenya ou encore en Côte d’Ivoire. Nous essayons de conserver le lien avec certains pays en y retournant régulièrement. Nous sommes également intervenu à Mayotte, 101ème département Français.

Cette année, nous partons au Niger pour mener un projet avec des jeunes migrants en transit, et en Côte d’Ivoire de nouveau. Nous préparons également un projet au Brésil pour l’an prochain.

 

 

À travers ces expériences humaines et artistiques, quelles ont été vos plus belles réussites ?
Des anecdotes à nous raconter ?

Il y a eu de nombreux succès, parmi eux, la reconnaissance de Mme la ministre de la culture Françoise Nyssen et le soutien de Mr le ministre Alain-Richard Donwahi (Côte d’Ivoire) sont des symboles fort. Mais sur le terrain je pense plutôt à nos interventions dans le plus grand bidonville d’Afrique (Kibera – Kenya), et dans celui de Kaweni (Mayotte – France), le plus grand du territoire Français. Dans ce dernier, la réalisation d’une œuvre géante en anamorphose a crée polémique et retardé sa destruction.

Mais au fond, la plus belle réussite reste de constater que certains jeunes poursuivent notre travail en continuant de s’exprimer artistiquement dans la rue après notre départ.

 

nanook-webzine-association-interview-street-art-sans-frontieres-7

 

Comment faire pour participer à votre association ?
Faut-il être un artiste de street art expérimenté ?
Ou est-ce que c’est accessible à tous ?

L’association est ouverte à quiconque souhaiterait s’investir à nos côtés avec de bonnes intentions et elle n’est surtout pas réservée aux street artistes. Nous sommes justement plutôt à la recherche de compétences qui nous manquent, comme dans la gestion de partenariat, la communication, ou le juridique par exemple.

Pour participer, il suffit de prendre contact avec nous via notre site internet pour discuter simplement de ce que chacun souhaite proposer.

 

nanook-webzine-association-interview-street-art-sans-frontieres-9

 

nanook-webzine-association-interview-street-art-sans-frontieres-3

 

Qu’aimeriez-vous développer par la suite dans votre association ?

Nous aimerions développer en Asie et au Moyen la même relation que nos avons créer avec l’Afrique, et dans l’idéal construire un partenariat solide avec une structure d’envergure qui pourrait nous permettrait de de réaliser des projets plus réguliers, et de plus grande envergure, comme par exemple avec l’Unicef.

 

nanook-webzine-association-interview-street-art-sans-frontieres-4

 

nanook-webzine-association-interview-street-art-sans-frontieres-10

 

nanook-webzine-association-interview-street-art-sans-frontiere-logo

 

Pour en savoir plus

Site de l’association Street Art Sans Frontières

 

nanook-webzine-association-interview-street-art-sans-frontieres-2

 

nanook-webzine-association-interview-street-art-sans-frontieres-6

 

nanook-webzine-association-interview-street-art-sans-frontieres-5

 

Photos © Street Art Sans Frontières