Rémi Pommereuil – Interview

Pop alternative

Originaire de la région lorientaise, c’est lors d’une exposition que nous avons découvert Rémi Pommereuil à Lorient. Aujourd’hui, ce créatif polyvalent nous parle de musique, puisqu’il sort son 1er single, avec également un album prévu en 2019. D’ailleurs, en exclusivité, nous vous proposons ce 1er single en écoute. Toute de suite, faisons plus ample connaissance avec cet artiste dans cette interview.

 

nanook-webzine-remi-pommereuil-album-interview-musique-2

 

Interview de Rémi Pommereuil

Nous vous avons découvert en tant que dessinateur, nous vous découvrons aujourd’hui en tant que musicien.
Comment en êtes-vous venu à la musique ?

Je pratique la musique et les arts visuels depuis toujours et Il existe parfois un lien très fort qui s’installe entre ces deux pratiques; par exemple lorsque je réalise des sérigraphies de concert ou que je compose de la musique sur des images.

Pour ce qui est de la musique, j’étais gamin lorsque j’ai touché une guitare pour la première fois. Au fil des expériences je me suis intéressé à d’autres instruments comme la basse, les claviers, les platines vinyles ou la MAO (Musique Assistée par Ordinateur)… Tout cela me permet aujourd’hui de composer ma musique de manière autonome.

 

Quelle est votre vision de la création musicale ?

Je suis très intéressé par le mouvement Post-Punk et sa manière de produire la musique : faire tout soi-même avec ses propres moyens, qu’ils soient techniques, matériels ou financiers, sans pour autant mettre de côté la finesse de composition et de production.

C’est le concept du “Do It Yourself” dont je suis un fervent adepte, par défaut, mais aussi de plus en plus par conviction. C’est pourquoi j’aime créer ma musique seul, de la composition au mixage, en passant par l’enregistrement de mes instruments. Ça me permet d’avoir, en quelque sorte, ma propre signature sonore. Il m’arrive cependant de collaborer avec des amis auteurs, Brice Gilbert et Guillaume Jegousse, qui m’aident à l’écriture de certains textes, dont Before any word.

Pour la scène, j’ai formé le groupe Screaming Seagulls, composé de 4 musiciens, qui m’accompagnera sur les prochaines dates.

 

nanook-webzine-remi-pommereuil-album--interview-musique-1

 

Vous sortez bientôt votre 1er album. À cette occasion, nous avons pu écouter les 3 premiers titres, orientés pop alternative.
Comment s’est passé l’écriture des morceaux ?
Qu’est-ce qui vous a inspiré lors de leur création ?

Il y a quelques années, j’ai été accompagné par l’association MAPL (Musique d’Aujourd’hui du Pays de Lorient). Ça a été une riche expérience qui m’a permis de réfléchir plus en profondeur sur la musique que je souhaitais délivrer.

Lorsque l’accompagnement a pris fin, j’ai voulu prendre du recul sur ce que je venais de vivre et me concentrer sur la recherche d’une musique qui me ressemble davantage, à la quête d’une esthétique singulière… Et c’est un travail de longue haleine. Je voulais trouver une musique qui ne soit pas trop marquée dans le temps, qu’on ne puisse pas forcément situer sur une période. La trame de certains morceaux existe depuis longtemps; je les ai expérimentés en les déconstruisant, en les re-façonnant, jusqu’à obtenir le résultat proposé sur ce premier album. je n’ai pas hésité à faire appel à l’ensemble de mes influences, des plus pop aux plus alternatives, et au final ça donne un album assez rythmé à l’écoute.

 

 

Pouvez-vous nous parler du clip de la chanson Before any Word ?

Le clip a été tourné l’été dernier du côté de Lorient. Je trouvais intéressant de proposer une mise en image pour dévoiler ce premier single. Le titre parle de l’incapacité à se défaire d’une relation amoureuse nocive. C’est Cédric Vancayseele (membre du groupe Skin a Buck et illustrateur sous le pseudo Kab) qui a accepté de réaliser la vidéo. Je lui ai laissé carte blanche. Il était important pour moi d’avoir une vision neuve sur le morceau. Cédric m’avait alors évoqué l’idée d’un clip éthéré, voire contemplatif; je crois qu’on y est.. ^^

Les acteurs, Maël Yonnet et Nastasja Duthois, sont un couple d’amis lorientais.

Nastasja est plasticienne et nous avons eu l’occasion de collaborer à plusieurs reprises sur différentes créations. J’avais par exemple réalisé l’illustration sonore pour une de ses pièces, “La dynastie du grain de riz”, dans le cadre de son exposition à la Chapelle Saint-esprit à Auray en 2016. À chaque fois, ça a été un vrai plaisir de travailler avec elle. C’est donc naturellement que je lui ai proposé de tourner dans ce clip.

Que ressentez-vous après la finalisation de ce premier album ?

C’est un mélange de satisfaction et de motivation à explorer de nouvelles possibilités autour de mon esthétique. Je songe déjà à mes futures compositions. J’ai abordé des moments de vies d’artistes célèbres dans mes chansons, comme par exemple Frida Kahlo ou Niki de St Phalle; il se pourrait bien que je prolonge cette idée sur un second album. J’ai cependant très hâte de délivrer l’ensemble des morceaux de ce premier album. Ça se passera en début d’année 2019.

 

nanook-webzine-remi-pommereuil-album--interview-musique-3

 

Vous avez déjà eu l’occasion de partager la scène avec des artistes reconnus (1).
Avec quels musiciens aimeriez-vous partager la scène pour la suite ?

 

Et bien… j’aurais beaucoup de plaisir à partager la scène avec les copains nantais de Trainfantome et Teenage Bed. En plus d’avoir beaucoup de sympathie pour eux, j’aime vraiment leurs univers respectifs, l’un avec un rock alternatif teinté de shoegaze et de garage, l’autre sur une esthétique folk Lo-fi.

Pour le reste,… la liste serait trop longue ! 🙂

(1) Rémi Pommereuil a eu le privilège de partager la scène avec : Peter Von Poehl (Run Ar Puns › Chateaulin), Barbara Carlotti (Le Manège › Lorient), Olivier Mellano (Le Diapasion › Rennes), Madeleine Peyroux (Les Arcs › Queven), Maï Lan (L’Echonova › Vannes), Mansfield Tya (Les Nuits Soniques › Auray) …

 

Pour en savoir plus

Page facebook de Rémi Pommereuil

 

Artwork de l’album : Coralie Thomas