The Zookeeper’s Wife

Un film de Niki Caro

Petite exclusivité ici avec ce film non sorti dans les salles françaises et pourtant, ô combien, intéressant et émouvant.
Réalisé en 2017, le film de Niki Caro, The Zookeeper’s Wife (traduisez « La femme du gardien de zoo ») est un film américano-britannico-tchèque d’une durée de 2 h environ.

 

the-zoo-film-cinema-nanook-webzine-culture-chronique-2

 

Et c’est l’affiche qui m’a séduite sans que je sache de quoi il était question. Mettez moi un bébé tigre dans les bras de la magnifique Jessica Chastain et ça y est je suis perdue !

Je m’étais imaginée une histoire d’amour à l’eau de rose. Il en fut tout autre.

En effet, ce film retrace l’histoire du Zoo de Varsovie et de la famille Żabiński qui a sauvé 300 juifs emprisonnés dans le ghetto lors de la Seconde Guerre Mondiale.

Alors oui l’affiche est vraiment plaisante et le film est vraiment prenant et difficile.

Le film s’ouvre sur la belle vie que mènent Antonina (Jessica Chastain) et Jan Żabiński (interprété par Johan Heldenbergh) avec leur fils au zoo de Varsovie. Jan en est le directeur, il s’occupe du bien-être de ses animaux, tout comme sa femme qui nous montre qu’elle les aime éperdument et c’est d’ailleurs réciproque. Elle sait leur parler et les approcher. Lors d’une soirée, elle aidera notamment une maman éléphant à ranimer son bébé.
Tous les jours, ils consacrent ainsi leur journée à s’occuper d’eux avec bienveillance et à accueillir les visiteurs.

Mais la guerre approche.

Hitler commence à se déchaîner et Varsovie ne sera pas épargnée. Encore moins le zoo où les animaux vont se faire bombarder. Les gens vont fuir, se retrouver enfermés dans le ghetto tandis que la famille Żabiński pourra rester au zoo à condition de permettre aux troupes allemandes de stationner dans ses murs et de s’occuper des cochons qui serviront à nourrir les troupes. Et la famille accepte non sans raison et elle va prendre le risque de se jouer du zoologiste allemand Lutz Heck interprété par Daniel Brühl (Good Bye, Lenin !) qui n’est pas là par hasard. Sous la coupe d’Hitler, il veut se servir du zoo pour faire des expériences sur les animaux et notamment faire revivre des Aurochs.
Jan et Antonina vont alors décidé d’accueillir clandestinement des juifs dans les sous-sols du zoo. Et tout un stratagème sera mis en place pour que personne ne soit repéré.

Jan est en effet amené à récupérer toutes les épluchures dans le ghetto pour nourrir les cochons et c’est sous ces épluchures qu’ils cacheront des enfants et des familles. Ils les aideront ensuite à s’enfuir en leur fournissant des papiers et parfois même, Antonina sera amenée à teindre les femmes en blonde pour passer inaperçu.

 

 

Cette histoire vraie est tirée du livre de Diane Ackerman qui voulait aborder cette effroyable guerre sous un autre regard. Et c’est réussi. Ce film est un cri d’espoir, une magnifique déclaration d’amour à l’humanité et une grande preuve de courage.

Et le zoo est toujours ouvert encore aujourd’hui !

 

the-zoo-film-cinema-nanook-webzine-culture-chronique-3