Wild

Un film de Jean-Marc Vallée

Adapté du livre de Cheryl Strayed, Wild nous fait clairement penser à Into The Wild de Jon Krakauer et réalisé par Sean Penn. Effectivement, difficile de le nier par rapport à leurs titres et pourtant ces deux histoires sont bien différentes de par leur propos et leurs personnages.

 

into-the-wild-film-nanook-cinema-webzine-culture-chronique-2

 

À propos de la comparaison avec Into the Wild

Into the Wild, difficile d’être passé à côté sauf si ce n’est vraiment pas votre genre de films : de grandes étendues sauvages parcourues par un jeune homme issu d’une famille aisée qui rejette la société de consommation dans laquelle nous vivons mais qui… si vous avez vu le film ou lu le livre jusqu’au bout… se perd et meurt. Gros spoil, je sais, je sais. Regardez-le quand même, il est hypnotisant et reste une belle invitation au voyage qui nous rappelle quand même qu’il faut se préparer avant de partir à l’aventure.

 

wild-film-nanook-cinema-webzine-culture-chronique-2

 

Wild

Et niveau préparation, Wild est bien différent même si Cheryl Strayed, interprétée dans le film par Reese Witherspoon, a été en danger dans son récit quelques fois. Donc rassurez-vous, Cheryl Strayed est toujours en vie et mène une belle vie désormais où elle est mariée, maman, journaliste et pleinement heureuse. Car, et c’est le propos du film, si cette femme part s’engager seule sur le Pacific Crest Trail (PCT), un chemin de randonné de près de 4000km, c’est pour une bonne raison. Elle a besoin de se retrouver face à elle-même, face au deuil de sa mère, face à son passé d’addiction et à la fin de son mariage. Ca fait beaucoup à encaisser…

 

wild-film-nanook-cinema-webzine-culture-chronique-A

 

Ce voyage elle va le préparer petit à petit en se renseignant et en lisant des bouquins de randonnée. Elle va tellement bien tout appliquer à la lettre, qu’au début du film, elle sera incapable de soulever son sac à dos, aussi gros qu’elle et certainement plus lourd. Le début est difficile et son hésitation se fait sentir. Elle pourrait s’arrêter là mais non, elle s’en va et va parcourir en tout et pour tout quasiment 1700km. Je vous laisse imaginer la difficulté de se retrouver seule au beau milieu d’un territoire qui sera souvent hostile et dangereux. Sans parler de l’état de ses pieds, la nourriture qu’elle avale et j’en passe et des meilleures.

 

wild-film-nanook-cinema-webzine-culture-chronique-B

 

C’est en 1995 que son voyage prend place et pour la petite histoire, le PCT n’était pas aussi bien aménagé qu’aujourd’hui. Certaines balises disparaissaient, l’entretien des chemins n’était pas régulier et les points d’eau n’étaient pas toujours ravitaillés. De quoi vous retrouver en danger alors que votre guide vous indiquait bien le chemin…
Mais Cheryl va avancer et surprendre par son courage. Sur des points du chemin, il y a des casiers où il est possible de laisser un message de son passage et petit à petit elle va rencontrer des randonneurs qui vont être impressionnés par sa force de caractère. Etre une femme et qui plus est, randonnant seule, n’est pas commun. Elle va se lier d’amitié avec des groupes qu’elle suivra sur des kilomètres avant de se retrouver seule de nouveau. Elle s’arrêtera aussi dans des gîtes où sa venue ne passera pas inaperçue. Les gens viendront vers elle pour la conseiller, l’épauler, se lier d’amitié.

 

wild-film-nanook-cinema-webzine-culture-chronique-C

 

Confrontée à elle-même et à ses peurs, elle n’abandonnera pas ses objectifs. Coûte que coûte, elle va se battre pour devenir la femme qu’elle souhaite en gardant en tête cette phrase d’Emily Dickinson :

Si ta volonté te lâche, dépasse ta volonté.

 

wild-film-nanook-cinema-webzine-culture-chronique-2-livre

 

Sorti en 2015 et réalisé par Jean-Marc Vallée (Dallas Buyers Club), le film est une très bonne adaptation du livre. Reese Witherspoon joue particulièrement bien le rôle de Cheryl Strayed. Nous sommes bien loin de ses premiers films où elle interprétait comiquement une blonde pseudo écervelée.

Edité désormais en poche par 10 X 18, le livre est une autobiographie de Cheryl. Elle pose d’ailleurs clairement la construction dès le début du livre dans une note en écrivant que ce livre a été construit sur la base de ses journaux intimes et de ses souvenirs, tout en vérifiant certaines informations. Rien n’a été inventé. C’est du pur vécu, et une belle déclaration d’amour envers elle-même.

Une belle histoire de vie où il en ressort que rien n’est jamais perdu.