Lettres à son frère Théo de Vincent Van Gogh

Correspondances du peintre

Paru pour la première fois en 1953, le livre, Les Lettres à son frère Théo, retrace la vie de Vincent Van Gogh de ses 19 ans jusqu’à la fin de ses jours. Ces lettres écrites par le peintre lui-même sont des missives exceptionnelles qui mettent en lumière la personnalité de leur auteur qui était à la fois solitaire, mélancolique, malade, et qui doutait de lui-même à chaque instant sans pour autant baisser les bras face à sa peinture. Il vivait par elle. Il vivait pour elle.

 

Lettres-a-son-frere-Theo-Vincent-Van-Gogh-peintre-livre-art-nanook-webzine-culture-2

 

Vincent Van Gogh

Vincent Van Gogh est né en 1853 dans les Pays-Bas et c’est aux alentours de ses 25-30 ans qu’il va quitter son pays natal pour s’installer en Belgique, puis en France pour étudier la peinture et se mettre à l’ouvrage par la même occasion. Van Gogh va produire tout au long de sa vie quelques 2000 œuvres mais ne sera que très peu remarqué durant sa vie. Ce n’est qu’après son décès à l’âge de 37 ans, qu’il sera consacré comme l’un des plus grands peintres naturalistes et impressionnistes de son époque.

 

Lettres-a-son-frere-Theo-Vincent-Van-Gogh-peintre-livre-art-nanook-webzine-culture-3

 

Sa correspondance avec son frère Théo

D’août 1872 jusqu’à juillet 1890, Vincent ne va avoir de cesse d’écrire à son frère Théodorus van Gogh dit Théo van Gogh, auquel il est très attaché. Outre le fait que Théo est marchand d’art, il soutient Vincent dans sa peinture et tente quelque part, en le lisant et en lui écrivant, de lui permettre de sortir de sa folie.
Vincent lui fait part de ses évolutions en matière artistique, du contexte dans lequel il vit, ce qu’il ressent, ses doutes et ses passions.

 

Lettres-a-son-frere-Theo-Vincent-Van-Gogh-peintre-livre-art-nanook-webzine-culture-6

 

Lettres à son frère Théo sont des lettres qui n’ont jamais eu pour vocation d’être publiées. Elles le sont pourtant et apparaissent essentielles tant elles fourmillent de détails sur l’époque et sur le travail du peintre. Elles sont sans fard et d’une beauté humaine exceptionnelle de par leur sensibilité. Elles retracent une époque révolue et nous permettent de nous plonger dans la vie de l’artiste comme si nous avions vécu pour un temps à ses côtés. Nous y rencontrons quelques grands peintres de l’époque tels que Manet, Degas, Renoir et voyageons avec lui à Paris, à Arles et dans d’autres contrées.

La plupart des lettres ont dû être traduites, Van Gogh écrivait en néerlandais, sa langue natale. Ce n’est que vers la fin de sa vie qu’il écrira en français.
La dernière lettre de Vincent Van Gogh à son frère sera retrouvée sur lui le jour de son suicide, c’est dire à quel point l’ensemble de ce livre permet de saisir toute la douceur mais aussi toute la douleur contenue dans ces écrits et il est difficile de l’oublier aussi vite une fois le livre refermé.

Lettres à son frère Théo,œuvre majeure, aura vu le jour grâce à la femme de Théo, Johanna Bonger. Les lettres seront au fur et à mesure publiées dans des revues avant d’être regroupées dans un seul et même livre. De nombreuses publications auront lieu, d’autant plus à mesure que la qualité artistique de Van Gogh sera reconnue et grandissante.

 

Lettres-a-son-frere-Theo-Vincent-Van-Gogh-peintre-livre-art-nanook-webzine-culture-5

 

Editées aujourd’hui chez Gallimard, les lettres sont au nombre d’environ 650 et quelques unes sont accompagnées de croquis. Elles sont extrêmement bien écrites et font montre d’une culture importante chez Vincent Van Gogh qui admirait aussi bien les peintres de son époque que les écrivains. Ces écrits seront quelque part une sorte de remède pour le peintre qui se sentait progressivement tomber dans la folie à mesure qu’il s’isolait. Elles lui permettaient de mettre à distance ses pensées. Elles le maintenaient en vie, en quelque sorte, jusqu’à ce que cela ne suffise plus.

 

Lettres-a-son-frere-Theo-Vincent-Van-Gogh-peintre-livre-art-nanook-webzine-culture-4

 

Pascal Bonafoux, écrivain et historien de l’art, nota d’ailleurs à son sujet :

Vincent, peint, peint. Il peint comme il écrit. Il écrit comme il peint.

et jamais Vincent Van Gogh ne s’est rendu compte véritablement de son talent. Et jamais plus il ne pourra se rendre compte de l’influence qu’il a pu ouvrir sur le monde de la peinture.

Il écrira dans une de ses lettres :

Eh bien vraiment nous ne pouvons faire parler que nos tableaux.