Girls – Saison finale de la série

Série sur la vie d’un groupe d’amies ayant la vingtaine à New York

Sortie en 2012, la série Girls touche prochainement à sa fin. Il est grand temps d’en parler si vous ne l’avez pas encore vue. Jeune public s’abstenir cependant. La série s’adresse en effet surtout aux femmes de nos générations qui mettront prochainement les pieds dans la trentaine, si ce n’est pas déjà fait.

L’origine de la série

Créée par Lena Dunham et réalisée par Judd Apatow, cette série dépeint notre époque actuelle avec des questions de fonds qui touchent à notre société concernant les relations hommes-femmes. Loin du côté très glamour de Sex and the City, Girls montre un certain désenchantement de notre temps, tout en y apportant beaucoup d’humour et de légèreté grâce à un scénario bien mené.

 

girls-serie-cinema-nanook-chronique-webzine-culture-avis-2

 

La série

La saison 1 débute avec Hannah, incarnée par Lena Dunham (oui, en plus de créer la série, de la réaliser parfois, elle est aussi le personnage principal), qui annonce à ses parents qu’elle a encore besoin de leur soutien financier pendant quelques temps pour réaliser son roman. Seulement, ses parents ne sont pas de cet avis. Diplômée depuis peu, ils veulent qu’elle entre dans la vie active et qu’elle subvienne elle-même à ses propres besoins.
Après cette entrevue plutôt chaotique, Hannah rejoint ensuite son copain, Adam, puis rentre chez elle dans son appartement tout cosy où elle retrouve sa colocataire et meilleure amie, Marnie. En parallèle, nous faisons la rencontre de Shosh qui est en pleine effervescence à l’idée d’héberger d’ici quelques heures sa cousine bohème et aventurière, Jessa.

 

girls-serie-cinema-nanook-chronique-webzine-culture-avis-3

 

Et à partir de là tout s’enchaîne : les questions relationnelles entre les hommes et les femmes, les questions relatives à la recherche d’identité, les questions portant sur la place que chacun veut avoir dans la société et j’en passe et des meilleures. Lorsque la série commence, ces quatre bouts de femmes ont 23 ans environ. Elles ont quitté depuis peu l’adolescence, les années lycées et le cocon familial, pour se retrouver jetées dans la jungle de Brooklyn. Et là où la vie menait plutôt bien son court tranquille, elles sont désormais dans un monde adulte qui ne leur ouvre pas les bras de manière très chaleureuse. Hannah va enchainer les entretiens d’embauches et les petits boulots tout comme le reste de ses copines sans en trouver la moindre jouissance. Au contraire, elles savent toutes ce qu’elles veulent faire mais dans une société en crise, encore faut-il savoir s’imposer.

 

girls-serie-cinema-nanook-chronique-webzine-culture-avis-4

 

La série apporte un renouveau dans ce petit monde cinématographique. Elle est crue, les scènes de nudité sont assez récurrentes sans être pour autant vulgaires. Elles dépeignent un quotidien sans langue de bois. Et puis c’est complètement décomplexé et ça fait du bien.

 

 

Au fil des saisons de la série Girls, nous voyons les personnages évoluer vers plus de maturité. Elles s’affirment tout en continuant à se chercher mais les caractères sont là et ils sont drôlement bien mis en scène. Entre Hannah qui est aussi attachante qu’énervante des fois avec une façon de voir le monde bien singulière et qui le met en valeur dans ses écrits, Marnie qui cherche éperdument l’amour, Shosh qui se retrouve à travailler à l’autre bout du monde pour réaliser ses ambitions et Jessa qui vit à la bohème en ayant un regard très acéré sur la vie, ça donne un sacré mélange explosif avec une bande son bien entraînante. C’est tout simplement jouissif et comme toute bonne chose, la série Girls touche très bientôt à sa fin. Au pire, il sera toujours possible de la revoir depuis le début, encore et encore pour retrouver cette bande de copines qui nous fait relativiser quelque peu notre existence avec le sourire.

Bonne série !

 

girls-serie-cinema-nanook-chronique-webzine-culture-avis-1