Echo 6 : interview de Charly Martin

 

Trip-Hop

 

Le hasard fait souvent bien les choses et dernièrement, j’ai eu la chance de rencontrer l’entourage de Charly Martin, un jeune musicien passionné. Convaincue par son univers musical, je ne pouvais faire autrement que de partir à sa rencontre et je ne cesse de remercier l’existence d’internet parce que Monsieur vit à l’heure actuelle à Montréal au Canada !

 

echo-6-interview-musique-nanook-culture-webzine-1

 

À la découverte d’Echo 6…

Echo 6 est né en 2007. Deux ans plus tard, le premier E.P. Make a sound from silence voit le jour avec des influences très marquées comme Bonobo, Moby ou encore Amon Tobin.
En 2014, le premier album Chemicals voit le jour grâce au succès du crowdfunding KissKissBankBank, et le titre Drivin’,  présent dans nombre de compilations à travers les sites de vente en ligne et de streaming, aide le projet Echo 6 à gagner en notoriété.
Viendra ensuite l’E.P. Forget and Learn.
Les sonorités sont aériennes. Elles laissent le plus souvent rêveur. Et c’est un vrai plaisir d’écoute de cette musique aussi bien maîtrisée.

 

echo-6-interview-musique-nanook-culture-webzine-4

 

Quel est ton parcours ?

Pour ce qui est de ma formation, j’ai appris la guitare pendant 10 ans dans une petite école de musique à Narbonne, dans le sud de la France, dans laquelle j’ai fini par donner des cours.
J’ai commencé très tôt avec des groupes de métal à partir de 12 ans jusqu’ à récemment.
Je me suis intéressé à la musique électronique assez tard, avec l’explosion des groupes comme Justice, MGMT, les derniers albums de The Prodigy, etc…
Ce qui me passionnait beaucoup c’était le son, j’ai donc commencé à prendre des cours de MAO (Musique Assistée par Ordinateur) à Toulouse où j’avais débuté mes études.
Plus tard j’ai décidé de pousser un peu plus loin ma formation en m’inscrivant dans une école de son à Montréal au Québec. Cette ville est la capitale internationale du multimédia, donc je savais que j’avais plus de chance d’y trouver du boulot dans le domaine que j’avais choisi.

 

Comment est né Echo 6 ?

Un jour j’ai entendu la chanson Transmission 94 de Bonobo
…Voilà.

 

Pourquoi ce nom ?

Dans mon premier EP il y’a une chanson de piano qui s’appelle Le sixième Echo, elle s’appelle comme ça car, à chaque fin de cycle, il y avait 6 échos, de là j’ai trouvé que le nom Echo 6 ça sonnait pas mal, puis c’est resté.

 

echo-6-interview-musique-nanook-culture-webzine-3

 

Echo 6 est un projet solo de style Trip-Hop, est-ce que cela n’a pas été difficile de passer de projets de groupes à un projet solo ?
Est-ce que cela t’offre plus de libertés ?

Les possibilités sont illimitées quand tu composes tout seul, tu ne te heurte pas aux envies et aux goûts des autres membres du groupe ni à leur style de jeu ou autre mais ces choses là te manquent aussi quand tu es en solo. Ce sont ces plus qui, en groupe, te font évoluer et aller plus loin que ce à quoi tu aurais pensé par toi même, chacune de ces deux configurations à ses propres atouts qui s’avèrent aussi êtres des limites.

 

As-tu d’autres projets musicaux en parallèle ?

Oui j’ai un projet de musique acoustique…en balbutiements

 

Quels sont tes instruments de prédilection ?

J’ai appris la guitare assez jeune, mais j’ai aussi joué beaucoup de batterie. Mais depuis peu, je passe beaucoup de temps derrière mon piano.

 

echo-6-interview-musique-nanook-culture-webzine-2

 

Quelles sont tes influences musicales ?

J’ai grandi avec le Rock de mon père, la bossa-Nova et le Michael Jackson de ma mère, j’ai joué du Métal Hardcore toute ma jeunesse. Aujourd’hui je considère ma musique comme « ambiante » donc je sais pas trop d’où ca vient mais c’est sûr que ça a une influence quelque part sur ma musique, je pense qu’inconsciemment, on pioche tous dans notre bagage culturel.
Sinon plus concrètement, j’admire énormément Sigur Rös, j’aime le fait de pouvoir visualiser une ambiance, un paysage, ressentir quelque chose à chacune de leurs pièces.

Les titres de tes E.P. sont très poétiques et les morceaux sont calmes. Peux-tu nous en expliquer le sens ? Qu’est-ce qui les différencie les uns des autres ?

Quand j’ai démarré ce projet je voulais vraiment contraster avec tout ce que j’avais fait jusqu’à présent. C’est à dire du Métal, mais au final peu importe le style, que ce soit dans un riff de Post Hardcore ultra lourd ou dans la note d’une clarinette pendant une montée épique, j’essaye de toujours ressentir quelque chose dans un morceau, sinon je ne le trouve pas bon.
Généralement, et comme il y’a rarement des paroles, le titre est trouvé en fonction du ressenti que j’ai.

 

 

Tu as pu voir une de tes musiques, MTL Cheeze, se voir concrétiser en clip en 2015.
Comment s’est passé le tournage ? Qu’est-ce que tu as ressenti une fois que tu l’as visionné terminé ?
Pourquoi avoir choisi ce morceau ?

Ça a été une très belle expérience, et ça m’a permis de rencontrer des gens super.
Le réalisateur, Laurent E. Malo, m’a très vite mis en confiance et vu le concept du clip on avait pas besoin des meilleurs acteurs de Montréal, j’y ai fait donc participer mon entourage proche, moi y compris, et on s’est bien amusé.
Le clip a été rendu possible par Cassis MTL et le label DDM Recordings, je les remercie donc encore une fois.
Pour ce qui est du morceau, il est très « cheesy » (joyeux) d’où le nom MTL Cheeze.
L’EP d’où est tiré ce clip est une expérience et contraste beaucoup avec ce que j’ai l’habitude de faire. Je regrette un peu d’avoir voulu suivre une « mode » sur cet EP là.

En janvier, tu as dévoilé un morceau au piano sur Facebook et Soundcloud. Vas-tu continuer à composer avec cet instrument pour le moment ?

Je viens tout juste de terminer un album qui contient beaucoup de piano, qui est l’instrument avec lequel je compose généralement oui. Cet album devrait sortir courant de l’année 2017. Je mise sur cet été.

 

Aurons-nous la chance de te voir passer en concert en France d’ici quelques temps ?

On me dit à l’oreillette qu’il n’y a aucun concert de prévu en France pour le moment.
Il n’y a pas non plus de concerts prévus actuellement à Montréal, je me concentre surtout sur la formation d’un groupe live pour m’accompagner.

 

Quels sont tes projets pour la suite ?

Adopter un chat !

Actuellement Echo 6 se produit en live et sous forme de Dj sets principalement à Montréal.
Un deuxième album est actuellement en préparation.

 

echo-6-interview-musique-nanook-culture-webzine-5

 

Pour aller plus loin

Page facebook d’Echo 6

Bandcamp d’Echo 6

Soundcloud d’Echo 6