À la rencontre de Dali … en Espagne

Visite de la maison de l’artiste

En septembre dernier, j’ai eu la chance de voyager jusqu’en Espagne pour découvrir Cadaquès, Port Lligat et ses environs. Pour ceux qui ne connaissent pas du tout cette région, je ne vais écrire qu’un mot pour vous la décrire en introduction : Dali, ou Salvador pour les intimes.

 

salavador-dali-musee-maison-espagne-nanook-webzine-culture-voyages-sorties-8

 

À la rencontre du peintre espagnol

Si j’écris sur ce voyage aujourd’hui c’est pour vous ramener un peu de chaleur de cette Espagne dont je suis amoureuse depuis de nombreuses années, depuis que j’y ai mis les pieds.
Je ne vais pas vous faire tout un topo de ce pays, il en faudrait tout un livre. Je vais juste vous présenter cette partie de l’Espagne en me centrant sur le génie que fut Salvador Dali.
Deux lieux absolument magnifiques sont à découvrir et aussi quelques livres pour compléter votre voyage à la rencontre de Dali (pour ceux qui commencent à me lire de temps en temps, vous verrez que je ne peux pas m’empêcher de parler lecture).

Pour la petite histoire, Salvador Dali est un artiste espagnol qui a notamment peint des tableaux à couper le souffle. Il a également été scénariste pour des films et il a écrit des livres sur sa vie essentiellement. Né en 1904 et décédé en 1989, il a bousculé le monde de l’art, dont le surréalisme en devenant le chef de file de ce mouvement. Se considérant comme un génie, il s’est comporté comme tel dès son enfance, en prenant le contrepied de ce que ses professeurs pouvaient lui enseigner. Et ça lui a plutôt bien réussi. Tel un électron libre, il s’amusait du monde qui l’entourait. Et ce fut, par la suite, sa rencontre avec sa femme, Gala, qui lui permit de devenir celui dont on admire les tableaux aujourd’hui.

Ainsi, si vous souhaitez partir à la rencontre de cet homme, commencez par réserver sur internet une place pour visiter sa maison. C’est obligatoire, au risque de devoir revenir le lendemain.
Pour vous y rendre, vous passerez par Cadaquès. Cette ville est superbe. Surtout quand le soleil est au rendez-vous, c’est-à-dire quasiment tout le temps. La mer est d’un bleu envoûtant et Cadaquès, parée de blanc, s’illumine véritablement.
Port Lligat se trouve non loin de Cadaquès, vous pouvez faire le trajet à pied en passant par des routes pavées. Vous y découvrirez de belles maisons et des oliviers à perte de vue.

 

salavador-dali-musee-maison-espagne-nanook-webzine-culture-voyages-sorties-9

 

La maison de Dali

La maison de Dali se trouve en contrebas, elle donne sur la mer où quelques bateaux de pêcheurs prennent le soleil ici et là.

 

salavador-dali-musee-maison-espagne-nanook-webzine-culture-voyages-sorties-2

 

Pour la petite histoire, Dali a fait l’acquisition de cette maison en 1930. Au départ, composée d’une seule pièce de 4m², elle était destinée à accueillir le couple pour qu’ils y vivent une vie loin du brouhaha de Paris et des Etats-Unis. Petit à petit, les moyens financiers le permettant, la maison s’est agrandie en une structure labyrinthique.
Dans son livre, La vie secrète de Salvador Dalí, il écrit :

 Notre maisonnette devait se composer d’une pièce d’environ quatre mètres carrés censée servir de salle à manger, de chambre, d’atelier et de vestibule. On montait quelques marches et, sur un palier, s’ouvraient trois portes qui communiquaient avec une douche, un W.-C. et une cuisine où l’on pouvait à peine bouger. Je la voulais très petite – plus petite elle serait, plus intra-utérine elle semblerait .

 

salavador-dali-musee-maison-espagne-nanook-webzine-culture-voyages-sorties-5

 

Aujourd’hui, aucune pièce ne ressemble à une autre. Vous entrez d’abord dans un vestibule pour être accueilli par un ours loin d’être effrayant avec tous ses bijoux.

 

salavador-dali-musee-maison-espagne-nanook-webzine-culture-voyages-sorties-10

 

En partant vers la gauche, vous découvrirez ensuite une autre salle, la salle à manger, surplombée par trois magnifiques cygnes.

 

salavador-dali-musee-maison-espagne-nanook-webzine-culture-voyages-sorties-6

 

En revenant sur vos pas, vous verrez d’autres escaliers menant vers d’autres pièces toutes aussi époustouflantes les unes que les autres : son atelier, la chambre (où Dali avait fait poser un miroir à l’endroit exact où se levait le soleil pour être le premier espagnol à le voir tous les matins), son oliveraie et son pigeonnier, sa piscine. Une pièce assez impressionnante fut également construite sous les instructions de Dali, c’est la salle oursin pour être construite comme telle. C’est une sorte de petit salon entourée de banquettes. Il n’y a aucune fenêtre, contrairement aux autres pièces et quand vous y entrez, vous avez l’impression d’être dans le corps de cet échinoïde. Les sons sont réverbérés et vous vous retrouvez légèrement déboussolé quand vous en sortez.

 

salavador-dali-musee-maison-espagne-nanook-webzine-culture-voyages-sorties-4

 

L’histoire de cette maison, dans sa construction, dans la vie de Dali avec sa femme, est une ode à l’amour. Elle était sa muse, sa moitié, le pilier de sa vie et cette maison en était leur plus belle réalisation.
Lors du décès de Gala en 1982, Dali quitta ce lieu pour ne plus jamais y revenir. Il s’installa à Figueres, là où se trouve le Théâtre-Musée Dali.

Et alors là c’est parti pour en prendre plein les mirettes. C’est gigantesquissime ! (mon correcteur orthographique me précise que ce mot n’existe pas, je m’en fiche c’est pour Dali !)

 

salavador-dali-musee-maison-espagne-nanook-webzine-culture-voyages-sorties-11

 

Construit sur les vestiges de l’ancien Théâtre municipal de Figueres et inauguré en 1974, Dali en a été le maître d’œuvre du début à la fin. Il souhaitait que les visiteurs soient totalement immergés dans son monde et pour le coup, c’est une réussite.
Chaque pièce a son importance, vous y rencontrez le peintre de ses débuts jusqu’à sa fin, toute son évolution artistique, ses hologrammes, ses inventions, ses photos. Vous le regardez véritablement en face, en plus de lui marcher dessus (il est enterré sous le musée si si). Environ 1500 œuvres sont exposées sans compter la salle comprenant les bijoux qu’il a dessiné et fait réaliser avec ou sans des mécaniques.

 

salavador-dali-musee-maison-espagne-nanook-webzine-culture-voyages-sorties-7

 

Mais il n’y a pas que lui dans ce musée. En effet, Dali a également voulu mettre en lumière des peintres (dont Antoni Pitxot, Evarist Vallès) et des collections privées lui appartenant (dont entre autres Greco, Fortuny, Meissonier, Duchamp). Il a souhaité montré qui il était en tant qu’artiste et en tant qu’homme.
Ce Musée est immense, comptez d’ailleurs bien trois heures pour tout visiter car vous ne pourrez vous empêcher parfois de bloquer dix minutes sur le même tableau tellement il recèle de mystères et de profondeur.

 

salavador-dali-musee-maison-espagne-nanook-webzine-culture-voyages-sorties-3

 

Pour aller plus loin

 

salavador-dali-musee-maison-espagne-nanook-webzine-culture-voyages-sorties-livres-1

 

Et pour compléter le tout, je vous conseillerais de lire La vie secrète de Salvador Dali et Journal d’un génie que je viens de terminer. Écrits par lui-même, vous le découvrez dans son quotidien, dans ses exils face aux guerres, dans la vie qu’il a connu à Paris, aux États-Unis, dans l’amour qu’il portait à sa femme. Alors bon cela reste quand même très particulier par moment sur certains sujets mais à d’autres on ne peut s’empêcher de rire face à l’absurdité de certaines situations. Il fut quand même l’homme à faire une conférence exposant son étude paranoïa critique sur le tableau de La Dentellière de Vermeer, démontrant que toute la construction tenait à des cornes de rhinocéros. Et il en fut plus qu’applaudi. Cet homme était d’une rare intelligence, même si certains il pourrait passer pour un véritable blasphémateur.

Dali provoque quoi qu’il en soit des réactions. Certains aimeront, d’autres non. Il reste néanmoins un des plus grands peintres que le XXème siècle ait connu. Il a su se jouer des idioties du monde qui l’entourait, il a su prouver qu’en se considérant génie, on pouvait le devenir.

Si tu joues au génie, tu le deviens.

Pour aller plus loin, je vous conseille Dali, L’oeuvre peintlivre édité chez Taschen, écrit par Robert Descharnes et Gilles Néret. Il expose la vie du peintre et présente ses œuvres pour le plus grand plaisir des yeux.

 

salavador-dali-musee-maison-espagne-nanook-webzine-culture-voyages-sorties--1