La vie rêvée de Walter Mitty

 

Un film à voir absolument ?

 

Un ami a récemment posté sur sa page Facebook la bande annonce du film La vie rêvée de Walter Mitty, réalisé par Ben Stiller, et sorti en 2013 en précisant qu’il était à voir absolument. Et sur ce point je ne pouvais pas le contredire et je vais vous dire pourquoi.

Je l’avais vu lors de sa sortie en salle et il y a quelques jours, je l’ai revu devant mon écran d’ordinateur, sous la couette avec une bonne tasse de thé car s’il y a bien un film à voir ou à revoir en ce moment c’est bien celui-là.

Ces derniers temps, il fait rarement beau. Il pleut. Il fait froid et la seule perspective de mettre le nez dehors donne envie d’hiberner. Alors oui, vous pouvez prendre un livre mais si vous êtes comme moi en ce moment, dès que je m’allonge j’ai la forte tendance à me mettre à roupiller au bout de vingt minutes… Par contre, regarder un film me tient éveillée alors autant en profiter.

 

La-vie-revee-de-Walter-Mitty-chronique-cinema-film-nanook-webzine-4

 

Mais pourquoi ce film en particulier ? Déjà pour son histoire.

Walter Mitty travaille au service des négatifs du très grand magazine Life. Sa vie est assez plan-plan, les premières minutes du film nous le font d’ailleurs rapidement comprendre. Walter est en train de prendre son petit déjeuner tout en calculant ses dépenses financières : loyer, futures maisons de retraire pour sa mère etc. Il semble désespéré. Et pour se changer les idées avant de filer au boulot, il se connecte sur le site de rencontres eHarmony, site sur lequel une se de ses collègues de travail, Cheryl Melhoff, s’est inscrite et pour laquelle il a clairement eu le cœur qui a fait bim-badaboum. Il tourne plusieurs secondes dans sa cuisine avant de se lancer à envoyer un « clin d’œil ». Sauf que ça ne fonctionne pas.

Walter s’exaspère et part travailler. Le titre du film apparaît. Les bases sont posées.

 

En quelques minutes, le spectateur réalise que cet homme est quelqu’un de simple, avec un boulot qui le passionne mais il n’a jamais véritablement osé vivre sa vie comme il l’aurait souhaité. À tel point que Walter s’imagine des scènes d’action abracadabrantes. Il freeze. Littéralement. Ce qui est assez cocasse puisqu’il manque son train, des discussions et j’en passe et des meilleures.

Une fois arrivé au boulot après toutes ses péripéties, on apprend tout d’abord que Life est en phase de restructuration. Tous les employés sont sur des sièges éjectables. La nouvelle politique souhaite partir sur une version web du journal. Fini le papier devenu obsolète et les nouveaux dirigeants n’ont aucun état d’âme. Tout doit se faire rapidement. Toute l’équipe de Life a deux semaines pour sortir le dernier numéro avec une photo de couverture bien particulière. Et c’est dans cette foulée, qu’on apprend ensuite que Walter vient de recevoir pour son anniversaire une pellicule de Sean O’Connell, un des photographes phares de Life. En accompagnement de cette pellicule, Sean a fait confectionner spécialement pour Walter un portefeuille avec la phrase représentative du magazine.

 

La-vie-revee-de-Walter-Mitty-chronique-cinema-film-nanook-webzine-2

To see the world, things dangerous to come to, to see behind walls, draw closer, to find each other, and to feel. That is the purpose of life.

(Voir le monde, les choses dangereuses à venir, voir derrière les murs, se rapprocher, se retrouver, et sentir. Tel est le but de la vie.)

 

La-vie-revee-de-Walter-Mitty-chronique-cinema-film-nanook-webzine-1

 

Cette pellicule est censée comprendre 25 négatifs. Le 25 doit être utilisé pour la couverture et vous le voyez venir… Il n’y est pas.

Il va alors développer les négatifs en sa possession et avec l’aide de Cheryl, qu’il va enfin aborder, il va tenter de retrouver la route de Sean qui est injoignable.

Il décide de partir à sa recherche et c’est parti pour en prendre plein les mirettes puisque Walter va voyager au Groenland, en Islande, en Afghanistan. Et autant vous dire que les paysages sont absolument grandioses et les scènes de rencontres sont toutes plus chaleureuses les une que les autres.

 

La-vie-revee-de-Walter-Mitty-chronique-cinema-film-nanook-webzine-3

 

Tous les plans sont très bien maîtrisés du début à la fin, le film a d’ailleurs été réalisé sur pellicule. Et puis son sujet fait du bien car le message est d’oser, de vivre sa vie pleinement, et de regarder autour de soi. Walter est un personnage très attachant, on peut vite s’identifier à lui. Il est présent pour sa famille, il adore son travail, mais il est seul la plupart du temps. Plus le film va avancer dans son histoire, moins il aura ses rêves éveillés. Il prendra enfin sa vie en main et pour un coup de boost, c’en est un. Ce film donne envie de se lancer, de sortir de sa zone de sécurité, de confort et d’avancer.

Je vous souhaite donc un bon film, vous ne le regretterez pas. C’est promis.

 

 

Pour aller plus loin…

La Vie rêvée de Walter Mitty (wikipedia.org)