I Heart Sharks : Hideaway

Il semblerait qu’en ces temps d’austérité généralisée à tous les niveaux, le dernier refuge crédible pour continuer à rêver un peu, à lâcher prise, soit la musique.

La dream-pop se dressant fièrement en dernier rempart devant la déferlante des armées de depressive-post-metal-apocalyptique et autre chanson-française-réaliste-neurasthénique à moins que le hip-hop-rageux-ras-le-bitume-froid ne prenne finalement le dessus. Dream-pop donc ? Voilà sans doute le terme le plus adapté à la musique de I Heart Sharks, entité en activité depuis 2007 et basée quelque part entre Berlin et la Californie.

 

I-Heart-Sharks-Hideaway-chronique-musique-news-nanook-disque-culture-2

 

Allez-y, prenez une carte, voilà vous y êtes, quelque part entre Berlin et la Californie, ça se situe en pleine mer, vous devez déjà sentir la brise dans vos cheveux, le sel sur vos lèvres, le soleil sur la peau et les vagues qui déferlent. Vous êtes déjà délicieusement bercé par la houle et vous vous laissez aller à une douce rêverie, apaisante et dynamique à la fois, désincarnée mais chaleureuse. Le mariage machines/instruments, s’il est loin d’être inédit, marche à fond dans la pop de I Heart Sharks, tant est si bien que les machines sonnent organiques là où les guitares et les percussions lorgnent vers le robotique. C’est un joyeux mélange mélancolique auquel se livre le groupe avec un talent indéniable pour tailler des titres qui restent en tête en moins de 2 écoutes.

 

 

Quelque part entre OMD et MGMT, I Heart Sharks réconcilie les 2 côtés de l’Atlantique, le new wave et la surf music, la réflexion et la fête, Berlin et Sunset Beach. En ces temps austères donc, qui cracherait sur une bonne dose de Peace, Love and Sunshine Everywhere ?!

 

 

Pour en savoir plus, quelques liens :

Site officiel du groupe I Heart Sharks

Chaîne Youtube du groupe I Heart Sharks