Durant le festival interceltique de Lorient, les auteurs et les libraires vous donnent rendez-vous au Quai du livre, quai de Rohan (entre le palais des congrès et l’office de tourisme). À cette occasion, nous avons interviewé  Luober, auteur, qui sera présent pour la 1ère fois (le samedi 9 août) au Quai du livre au festival interceltique de Lorient !

 

luober festival interceltique de lorient nanook 1

Luober

 

Pouvez-vous vous présenter ?

J’écris sous le pseudonyme de Luober. Je suis né en 1964 à Nîmes (Gard). Je suis un homme du sud, mais un breton de cœur et surtout d’âme. Passionné par les cultures, les musiques et les traditions des peuples celtes (Bretagne, Ecosse, Irlande…). Je suis aussi un grand amateur de littérature et de cinéma fantastique.
Je suis l’auteur de la trilogie bretonne ésotérico-fantastique Erwan Bucklefeet et de trois recueils de poésie.
1. Erwan Bucklefeet et le monde des esprits
2. Erwan Bucklefeet II : Les pénitents de la lune rousse
3. Erwan Bucklefeet III : L’ombre du sépulcre
4. Désespérance des espérances (Poésie)
5. L’âme de fond (Poésie)
6. Mythes au logis (Poésie)

C’est ma première participation au festival interceltique en tant qu’auteur. Mais la Bretagne et ses paysages m’ont déjà ensorcelé depuis des années et j’y viens régulièrement m’y ressourcer et y chercher l’inspiration.

 

luober festival interceltique de lorient nanook Erwan Bucklefeet et le monde des esprits

« Erwan Bucklefeet et le monde des esprits » de Luober

 

Comment avez-vous commencé à écrire ? Quel a été le déclic ?

À l’âge de raison (45 ans) assez tardif pour moi, je vous l’accorde, j’ai ressenti le besoin par devoir de mémoire de laisser une trace d’une partie de mon vécu entre 18 et 20 ans. A part, l’écriture de chansons et d’une ou deux nouvelles durant l’adolescence, j’avais laissé la plume sur l’oie. Et puis, l’envie est revenue en 2010.
Ma plus belle ambition de créateur de l’imaginaire et d’aventurier des terres inconnues est d’être à la fois, compositeur pour mettre en musique les mots, alchimiste pour fondre les maux et en faire des émaux, vitraux de la pensée qui orneront une cathédrale, une nef céleste à bord de laquelle nous voyagerons ensemble, frissonnerons et ferons danser des images dans nos têtes en partageant douces folies, rêves, espoirs, interrogations et passions !

 

luober festival interceltique de lorient nanook Erwan Bucklefeet :  Les pénitents de la lune rousse

« Erwan Bucklefeet :
Les pénitents de la lune rousse » de Luober

 

Pouvez-vous nous parler de la trilogie d’Erwan Bucklefeet ?
Quel a été le déclic qui vous a lancé dans l’écriture de cette trilogie ?
Où avez-vous trouvé l’inspiration ?

Cette idée de trilogie est née de la volonté de transmettre et de se souvenir de certains événements surnaturels vécus par le passé avec un médium, tout en créant de toute pièce un univers complet dans cette terre de magie et de mystères qu’est la Bretagne. Toute fiction a bien souvent des racines profondément ancrées dans la réalité ou dans le vécu de celui qui l’écrit. Erwan Bucklefeet n’échappe donc pas à cette règle en étant la conjonction entre faits réels et imaginaires qui parsèment le récit des trois opus. Erwan est un jeune étudiant en histoire de l’Art et Archéologie. Il se trouve confronté peu à peu à des phénomènes étranges et est entraîné dans des aventures inquiétantes dans chaque tome avec en trame de fond une évolution spirituelle et une quête initiatique. Je me suis efforcé à ce que ces trois livres conduisent le lecteur à la frontière entre deux univers, et éveillent en lui des interrogations, tout en lui procurant d’agréables frissons en ouvrant la porte du monde des esprits. La thématique abordée dans ma trilogie amène à moi tout naturellement un lectorat varié : adolescents, comme adultes et surtout beaucoup de thaumaturges et de bretons.

 

luober festival interceltique de lorient nanook Erwan Bucklefeet :  L'ombre du sépulcre

« Erwan Bucklefeet :
L’ombre du sépulcre » de Luober

 

Vous écrivez aussi de la poésie … Trouvez-vous que la poésie est appréciée à sa juste valeur de nos jours ?
Que pourrait-ton faire, à votre avis, pour donner envie aux lecteurs de plus s’y intéresser ?

La poésie paraît-il tombe en désuétude. Notre monde est trop pressé, trop écrasé par tant de fausses certitudes pour prendre le temps de s’y arrêter et de la lire vraiment. Le mot « arrêt » a ici tout son sens, tout son poids ou devrais-je dire toute sa légèreté car, en poésie, l’arrêt sur image s’accorde parfaitement avec les magnifiques vers de Lamartine : « Ô temps ! Suspends ton vol, et vous, heures propices ! Suspendez votre cours : Laissez-nous savourer les rapides délices. Des plus beaux de nos jours ! ». Certains voient dans la poésie quelque chose de futile, voire de parfaitement inutile. Bien au contraire, je dirais à qui veut bien l’entendre qu’elle nous donne une vision onirique et nouvelle du monde tel que les magiciens des mots, les poètes le perçoivent, le ressentent et l’expriment ensuite avec leurs émotions empreintes d’une magie verbale qui entrecroise formes, couleurs et ombres de la vie.
J’adhère donc davantage à ce qu’en écrivait Victor Hugo en 1822 dans la préface des Odes : « Au reste, le domaine de la poésie est illimité. Sous le monde réel, il existe un monde idéal, qui se montre resplendissant à l’œil de ceux que des méditations graves ont accoutumés à voir dans les choses plus que les choses. ». La poésie est un acte d’amour et d’impudeur et, comme je l’écrivais dans les deux premiers vers du dernier texte de mon premier recueil de poésie :
« Je veux vous faire aimer la poésie.
Vous faire l’amour toute une nuit. »

 

Désespérance des espérances luober festival interceltique de lorient nanook

« Désespérance des espérances » de Luober

 

Quelle image avez-vous du Festival Interceltique de Lorient ?

Une communion spirituelle et culturelle autour de l’âme celte. Cette dernière éclairant d’une lumière intérieure particulière chacun de ses enfants et de ses héritiers. Lorient devient durant le festival une sorte de Nemeton virtuel empli de musiques, de danses et de traditions, un lieu magique accueillant pour quelques jours le grand peuple celte en provenance du monde entier.

 

luober festival interceltique de lorient nanook

« L’âme de fond » de Luober

 

Quelles sont vos attentes en tant qu’auteur (présent au Quai du Livre)?

Faire découvrir à mes amis bretons, ainsi qu’à tous les lecteurs passionnés et curieux, une aventure incroyable qui sort complètement des sentiers battus, du déjà vu, déjà lu. Une trilogie chaude comme de la « Breizh ». 1400 pages de frissons au beurre salé, dont j’espère vous garderez longtemps en vous la saveur particulière.

 

Plus d’informations :

erwan-bucklefeet.e-monsite.com