Nous avions déjà eu l’occasion d’interviewer le groupe La ruelle en chantier pour la sortie de leur album La vie Belle. Que s’est-il passé pour le groupe depuis ? Comment le projet musical a-t-il évolué ? Jérémy François, l’un des membres du groupe, nous donne les réponses dans l’interview qui suit !

 

la ruelle en chantier

 

La ruelle en chantier semble avoir eu une belle évolution depuis la sortie de l’album La vie belle (2011).
Quels événements ou rencontres ont fait avancer le groupe ces dernières années ?

 

La tournée qui a suivi la sortie de La vie belle nous a permis de voyager et de rencontrer beaucoup de personnes. C’est le vécu, les rencontres qui nous font et qui nous permettent d’avoir des choses à dire…
L’arrivée de nouveaux musiciens dans le groupe a apporté un nouveau souffle. Greg, l’accordéoniste, déjà présent sur La vie belle a su apporter ces influences. Alice, bassiste, pianiste et chanteuse pose sa voix avec la mienne et apporte des arrangements jazz et classiques. Quant à Stéphane, le violoniste, il nous offre sa folie communicative et ses airs entêtants. Cela va faire deux ans maintenant que la formation est fixe, nous permettant de mieux nous appréhender et de composer à huit mains.

 

la ruelle en chantier second souffle

 

Pour l’album Second souffle (2012), comment avez-vous eu l’idée de mettre en chansons de vieux textes datant du 19e siècle ?

 

Pour des textes datant de 1860, l’histoire est assez connectée…
C’était fin 2011, sur un célèbre réseau social bleuté à plumes, un follower nous a envoyé une vieille chanson qui prenait la forme d’une recette de cuisine. J’ai trouvé le texte intéressant et par curiosité, j’ai cherché sur internet des traces de ce texte et je suis tombé sur un livre intitulé Chansons nationales et populaires françaises numérisé par la Bibliothèque National de France. Les propos et la façon d’écrire ne sont pas aussi désuets que ça. Du coup, j’ai pris ma guitare et j’ai commencé à redonner des mélodies à ces textes aux airs oubliés.
J’ai envoyé le lien au groupe qui a tout de suite adhéré. Afin d’en faire un projet commun, nous avons choisi chacun trois textes que nous avons mis individuellement en musique, pour ensuite les proposer aux autres et n’en garder que six. Cela donne des approches assez différentes tout au long de l’album. Le choix des textes est très différent d’un musicien à l’autre ainsi que la composition qui était une grande première pour certains d’entre nous. Nous avons obtenu cet album métissé où chaque musicien a pu s’exprimer.

 

la ruelle en chantier ici et maintenant

 

L’album Ici et maintenant (2013) marque un tournant par rapport aux autres disques …
On a l’impression de se retrouver face à un disque plus mûr et plus professionnel … avec une réelle avancée musicale …
Dans quel état d’esprit étiez-vous au moment de l’écriture des morceaux et de l’enregistrement de ce disque ? Des anecdotes ?

 

Ici & maintenant a d’abord été un cheminement personnel contrairement à Second souffle. J’ai proposé une vingtaine de titres au groupe avec des enregistrements guitare/voix pour ensuite n’en garder que 12.
L’avancée musicale que tu évoques n’a pas vraiment été réfléchie. A chaque album, nous espérons être meilleurs, avancer… et je pense que c’est naturel. Le côté professionnel vient assurément du niveau des musiciens autant sur le plan technique que sur leur capacité à écrire des arrangements soignés sur les bases parfois fragiles que j’apporte. Nous avons eu aussi la chance de travailler avec un réalisateur aussi sympathique que compétent, Mr Jean-Luc Briançon pour ne pas le citer, qui nous a accueilli dans son studio d’enregistrement Nuage 7 à Lyon.

 

 

Je n’ai pas d’anecdote particulière mais quand je repense à l’enregistrement d’Ici & maintenant, je vois juste de nombreux amis défiler dans la cabine d’enregistrement. Nous avons fait appel à une trentaine de musiciens extérieurs avec, en vrac : des cordes, des cuivres, des percussions, une chorale… tous amis avec l’un ou l’autre des membres du groupe. Du coup, il y avait beaucoup de vie et de bonne humeur dans le studio. D’ailleurs, quelques-uns apparaissent sur le clip de la chanson Mes amis tourné dans les rues de Lyon.

 

 

Vos disques Second Souffle et Ici et maintenant ont été réalisés grâce au crowfunding.
A votre avis, ce système est-il l’avenir des musiciens ?

 

Je ne dirai pas que c’est l’avenir des musiciens. Je nuancerai en disant que c’est une solution parmi tant d’autres que certains choisiront dans le futur pour produire et réaliser leurs projets.
Nous travaillons beaucoup avec notre communauté sur les réseaux sociaux et ce choix était pour nous une évidence. Il y a un vrai engagement auprès du public à avoir, et un lien de confiance se crée quand on fait ce genre de campagne. Ils achètent un projet inexistant, un morceau de rêve, une promesse, uniquement sur le fait qu’ils croient au projet donc en nous. C’est à la fois euphorisant et très stressant.
Quand ton producteur est ton public, tu sais vraiment pourquoi et pour qui tu travailles.

 

L’artwork de vos disques est soigné et donne le ton de l’ambiance musicale de vos disques.
Comment avez-vous choisi les personnes qui ont fait ces illustrations ?

 

C’est le hasard des rencontres. D’ailleurs, je pense que c’est un petit miracle : à chaque fois nous trouvons l’illustrateur de nos rêves.
Thibault Prugnes est le cinquième illustrateur avec lequel nous travaillons. Contrairement aux autres qui avaient des consignes plus ou moins précises, nous lui avons confié la maquette de l’album et une jeune fille au pied d’un réverbère est apparue. J’ai vraiment retrouvé cette idée d’instantanéité du titre « ici & maintenant », j’ai vu mes réflexions personnelles prendre vie sous les traits de crayon de Thibault.
On vous invite d’ailleurs à aller voir le reste de son travail en faisant des « aaaah » et des « ooooohhhh » d’admiration à cette adresse : http://thibaultprugne.com/

 

la ruelle en chantier

 

Votre prochain album sera-t-il un album live ou un album enregistré en studio ?

On ne vous dit rien pour l’instant bande de petits curieux… d’ailleurs ça ne sera peut être pas un album… si ce n’est pas du teaser ça…

Merci encore une fois à toi Nawenn ainsi qu’à toute l’équipe de Nanook de nous permettre d’exister un peu plus.

 

Pour en savoir plus :

Le site du groupe La Ruelle en chantier