J’ai gagné sur internet… Pour la 1ère fois… J’ai été sélectionnée pour lire un livre et donner mon avis. Chic ! Un livre gratis via un super site Mes bonnes copines

J’avais lu le résumé et m’attendais à une histoire extravagante, pleine de rebondissements. J’ai reçu le livre et j’ai commencé…

Dieu me déteste

Dieu me déteste 

Hollis Seamon
Édition La Belle Colère
ISBN : 978-2 8433-7732-7

Biographie de l’auteure
Hollis Seamon vit à New-York où elle enseigne l’anglais. Pendant des années, elle a arpenté les couloirs de l’hôpital pour venir voir son fils. Elle découvre un monde qui la fascine malgré elle. Elle rencontre des adolescents malades mais franchement hostiles à se laisser abattre sans avoir vraiment vécu. Elle leur rend hommage dans ce livre.

 

Résumé
Hôpital de New York, Richard Casey va bientôt avoir 18 ans et ce qu’il a déjà, c’est un cancer en phase terminale. Fougueux comme un adolescent, dépendant comme un vieillard, Richard va tout faire pour profiter du temps qu’il lui reste pour vivre pleinement. Virées nocturnes avec un oncle défaillant, première fois avec sa jeune voisine de 15 ans. Il testera tout et se mettra le monde des adultes à dos. Mais que peut-on reprocher à un gamin qui va mourir…

Mon avis
Voilà. J’ai des remords à dire que je n’ai pas été emportée. L’auteure veut rendre hommage à ces jeunes qu’elle a connu pendant une période difficile de sa vie. Ce livre est venu après. Comme une délivrance après des mois de douleur. Pour nous lecteur, on en est encore à la 1ère phase, on est sidéré par ce qu’on apprend. Un adolescent de 17 ans ne fêtera pas son 18ème anniversaire. Je suis restée bloquée sur cette injustice et n’ai pas réussi à me plonger à la place de Richard. Il faut relativiser mais il faut un peu de temps. Certes, les péripéties sont drôles, les messages passent, on est plongé dans l’intimité d’un service de soins palliatifs la nuit. On sent que l’auteure a vécu tout ça. On comprend la réaction de ces jeunes prêts à tout, de ce personnel qui transgresse les règles parce que c’est tout de même injuste d’être condamné à 17 ans.

Mon avis est donc mitigé. Ce livre m’a remué, il a donc atteint son objectif. En tout cas, l’objectif que je fixe aux romans que je lis. Mais si j’avais eu à acheter ce livre, l’aurais-je fait ? L’aurais-je reposé pour éviter de me plonger dans un univers qui me dérange. En d’autres termes, vaut-il mieux fermer les yeux sur ce qui nous dérange ou les ouvrir pleinement pour avoir conscience et tenter d’accepter l’inacceptable.