Mêlant avec créativité plusieurs styles musicaux, le groupe RedLight est de retour avec un nouvel album  » Astronauts « . A cette occasion, nous leur avons posé quelques questions pour en savoir plus sur la suite de leur parcours (depuis la sortie de l’Ep  » Whats’s going on ? « ) et sur leur nouvel album.

 

redlight astronauts groupe

 

Que s’est-il passé pour vous depuis la sortie de l’EP  » What’s Going On? « en 2010 ?
Plus particulièrement : quels ont été les événements marquants pour RedLight ? (du côté contacts, médias …. des rencontres marquantes?)

Tout d’abord, bonjour et merci à Nanook de suivre le chemin de RedLight, ça fait plaisir!

Après la sortie de notre EP « What’s Going On? », nous avons fait pas mal de concerts un peu partout en France comme à Paris, Toulouse, Bordeaux, en PACA avec de belles dates comme la première partie d’Izia au Mas des Escaravatiers, un sold out au sentiers des Halles à Paris ou encore la soirée SFR jeunes Talents au Glazart.

Nous nous sommes concentrés un maximum sur les concerts car c’est essentiel pour nous de faire vivre notre musique sur scène et de pouvoir la présenter et la partager avec les personnes venant nous voir ou même étant là pour d’autres groupes. Ensuite, notre batteur a malheureusement eu des problèmes de santé ce qui fait que nous avons été obligés de mettre les concerts en stand by le temps de lui trouver un remplaçant. Pendant ce temps, nous n’avons jamais cessé de composer de nouveaux morceaux et au fil du temps, nous avons accumulé plus d’une centaine de démos plus ou moins travaillées. Nous en avons selectionné une quinzaine et nous sommes mis à les répéter avec la nouvelle formation (Dapé (guitare), Ned (guitare/claviers), Guy (basse), Loic (batterie) et moi-même (chant)). Tout ce travail nous a pris pas mal de temps afin d’être au point pour l’enregistrement de l’album qui a débuté en octobre 2011 à l’electric studio de Salernes et s’est poursuivi jusqu’à fin janvier 2012 au KO Studio à Marseille avec notre ingé son Gerald Kuentz. Une fois ce travail terminé et l’album « en boîte », nous avons signé chez le label M&O chez qui l’album Astronauts est sorti le 21 janvier 2013. Entre temps nous avons pu proposer deux doubles singles: Westbound Train/Casanova (mai 2012) et Magic/A James Bond Complex (octobre 2012) ainsi qu’un clip fait par notre ami 2 credons (Rodin Kaufmann) pour Magic. Et nous voilà, un mois après la sortie de cet album très heureux des bons retours que ce soit des gens ou des médias.

 

 

Pourquoi avoir appelé cet album  » Astronauts  » ?

Le titre de l’album vient du morceau de l’album « Astronaut » qui parle des rêves d’enfance, de ce que l’on voulait être quand on serait grands. Pour ma part, je voulais devenir Astronaut. Ce morceau se tourne vers les questions que l’on se pose à un certain âge, à savoir est-on heureux? a-t on réussi ce que l’on voulait faire? que reste-t-il de cet enfant en nous, de ses rêves, illusions et espoirs? On a juste rajouté un S à la fin de Astronaut pour symboliser chacun dans le groupe, faire part de cette envie de chacun d’entre nous de faire de la musique ensemble, de composer, vivre de bons moments sur scène. On est tous un peu des Astronautes quelque part, le mot n’étant qu’une métaphore de ces rêves finalement et qui pour nous aujourd’hui se traduisent dans la musique.

 

redlight astronauts

 

Où avez-vous puisé votre inspiration pour cet album ?

L’inspiration reste et demeure la vie de tous les jours, des côtés plus personnels comme les relations sentimentales avec ce que cela comporte comme joies et tristesses sur des morceaux comme Dust qui traduit plutôt le côté mélancolie de la rupture ou I Am Revenge ou Take A Sit qui tiennent plus de la colère après avoir été trompé (au sens propre comme au figuré). Ce que l’on observe de la vie de tous les jours également avec des choses que l’on ne comprend pas comme dans Backward Evolution (une Evolution en marche arrière) où l’on dénonce l’individualisme de notre société, la course à l’égo, les personnes se croyant au dessus des autres alors que rien ne le justifie (mais y a t il un moment ou cela peut se justifier?), la superficialité, donner de l’importance à des choses futiles. On s’inspire aussi pas mal de cinématographie avec des références évidentes comme dans Charlie Chaplin Disco Mobile. C’est très utile pour décrire du visuel, une atmosphère particulière. Ensuite il y a également des fictions totales où on part dans des situations un peu loufoques (I Know(The Moon) où un Cow Boy avait promis la lune a ses vaches….) ou plus oniriques comme This World qui reprend l’histoire imaginaire d’Ema débutée dans le premier album « Crash System Control » avec le morceau « Ema Loves The Planets ». On tente de faire des peintures sonores de ce que l’on observe et de ce que l’on ressent en essayant de le transmettre aux auditeurs.

 

redlight astronauts groupe

 

Quel morceau vous tient particulièrement à coeur ?

Personnellement, il m’est difficile de choisir. C’est comme on dit souvent impossible de choisir entre ses enfants. J’aime tous les morceaux pour des raisons différentes. Si je devais en sortir du lot, je prendrais l’introduction de l’album « Faulty Track » qui est un morceau assez Electro et très rythmé avec un flow hip hop sur les couplets et un refrain plus mélodique et aéré. Les paroles sont assez personnelles car j’y décris au second degré les problèmes de rythme que je peux avoir quand je chante. C’est un moyen de tourner cela en dérision et de me foutre un peu de moi-même. Sinon le morceau Astronaut également pour les raisons évoquées plus haut, ou encore Dust qui me tient particulièrement à coeur. J’imagine que chaque membre du groupe selon sa sensibilité aurait une réponse différente, tout comme les gens qui écouteront l’album et c’est parfait comme cela.

 

Vous mélangez, avec réussite, plusieurs genres musicaux ( ….).
Quel autre genre musical aimeriez-vous intégrer dans vos compositions par la suite ?

RedLight est et restera toujours le mix de toutes ces musiques que l’on aime. Chaque morceau est différent même si on retrouve toujours la base rock avec la guitare et la voix qui donne le liant à tous les morceaux. On ne pense jamais vraiment en terme de style quand on compose mais plutôt en terme de sensibilité au quotidien. Un jour je pourrais composer un titre très fun, presque disco comme Charlie Chaplin Disco Mobile ou Late shot du EP et le lendemain un titre glacial comme Casanova ou Dust. C’est vraiment à l’humeur. Ensuite on travaille tous ces morceaux à trois avec Dapé et Guy ce qui fait que les styles évoluent au fur à mesure et que ça devient du RedLight. On peut s’imaginer que pour la suite, tout sera pareil, c’est à dire que tous les morceaux seront différents et auront leur propre identité ce qui crée au final celle de RedLight.

En attendant, j’espère que vous apprécierez l’éclectisme de l’album! On nous dit souvent que parmi tous les morceaux, à peu près tout le monde en trouvera au mois un ou deux qu’il aimera et si ce mélange peut amener des personnes à découvrir d’autres styles, c’est tant mieux, ne restons pas cloisonnés dans ce que l’on connait.

Un grand merci à Nanook de nous donner l’occasion de nous exprimer. A très bientôt j’espère.

 

Plus d’informations :

Page facebook

Twitter

Noomiz

 

Crédit photos : Mathieu Guissani