Découvert en 2004 avec avec « Life behind the window » (le premier opus de son projet Double U), Frank Rabeyrolles en est aujourd’hui à son 8e album. Pour en savoir plus sur cet artiste plutôt discret, nous lui avons posé quelques questions sur son album #8 (composé de pop hybride et électronique) sorti en octobre 2012.
frank rabeyrollesfrank rabeyrolles
Comment avez-vous commencé à jouer de la musique ?
Je crois que la musique a toujours fait partie de ma vie.
Je ne sais pas m’en passer et je suis toujours très curieux. Mon père était un touche à tout… Je l’ai souvent vu avec une flûte, une guitare…
J’ai commencé à apprendre la guitare vers 8 ans je crois.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de composer ?

J’ai commencé à composer très tôt car j’avais la flemme de jouer les morceaux des autres. Je faisais des morceaux avec deux trois accords que je répétais pendant des heures

En fait je n’étais pas alors très exigeant la musique me procurait beaucoup de réconfort…. C’était mon amie et déjà une arme précieuse contre la solitude.
L’envie de composer est venu donc très naturellement.
frank rabeyrolles album 8
Vous venez de sortir votre 8e album intitulé #8
Comment s’est passé l’enregistrement de disque ?
Des anecdotes dont vous aimeriez nous faire part ?

En fait le processus d’enregistrement est assez simple. Je compose avec une guitare ou un piano et ensuite je retravaille tout ca dans mon labtop…. ca prend pas mal de temps pour trouver les ambiances, les textures…. Je ne vais pas en studio donc j’écris et je produis le disque un peu simultanément. Je n’ai donc pas d’anecdote particulière à raconter si ce n’est que j’ai essayé d’enregistrer ma petite fille qui avait alors 3 mois et que c’était assez drôle d’enregistrer ces rires dans le morceau « Eastern » …. J’ai fait cet album en pensant beaucoup à elle et en découvrant un peu cette nouvelle vie de parent… C’est donc un disque qui a une saveur particulière pour moi…

 

L’atmosphère de ce nouvel album est assez particulière … aérienne, onirique, mélancolique … synthétique …
Où vous avez-trouvé l’inspiration pour créer ces ambiances musicales ?

L’inspiration… J’avoue que je ne sais pas trop après l’album de Franklin qui était une parenthèse plus ludique j’avais envie de rester dans les atmosphères synthétiques mais avec une écriture moins souriante… Plus proche de mes sentiments, de mes inquiétudes… C’est donc un disque un peu plus introspectif.

Après je ne sais pas ce qui m’inspire directement c’est clair… Je dois dire qu’il y a un peu quelque chose de nécessaire dans toute création… Quelque chose qui ne se contrôle pas et qui a un rapport au hasard aussi… Mais le côté onirique… C’est aussi ce voyage un peu  psychotropique, voyage à l’intérieur de soi qui m’est cher…
frank rabeyrolles
La pop de cet album pourrait aussi être qualifiée d’expérimentale…
Quelles expériences musicales aimeriez-vous tenter par la suite ?
Y a t-il d’autres genres musicaux que vous souhaiteriez explorer ou inclure dans vos prochaines chansons ?

Expérimental… Peut-être mais je connais pleins de gens qui me trouve peut-être très classique ou juste banal… A vrai dire, je ne cherche pas à me positionner sur le terrain de l’expérimental… C’est un clivage un peu obsolète non ? Je crois que parfois ma musique ne se livre pas forcément à la première écoute… Je ne fais pas de gros hits et ça ne s’arrange pas avec les années.

Je rêverais d’être plus simple parfois moins bordélique…. Livrer une musique plus limpide mais c’est difficile…. Je crois que le côté un peu brouillon et sale de ma musique c’est aussi un peu une marque de fabrique. ça donne un côté lofi  artisanal que j’aime bien… Mais qui ne plaît pas à tout le monde.
J’ai toujours ce rêve de composer un disque à plusieurs avec un groupe mais je me retrouve souvent seul car c’est difficile pour moi le collectif… On verra bien…
Sinon, côté style, je ne sais pas… J’ai parfois envie de faire un disque extrême, électronique sans songwriting… Juste des sons.

 

Plus d’informations :
L’album #8 en écoute intégrale sur Soundcloud
Label : Wool Recordings