Cette semaine Nanook part à l’aventure dans le fabuleux Royaume d’Angor en compagnie d’Evrane, Talim et Lorcky, une bande d’adolescents des plus attachants. Visite guidée de cet univers créé par Gaudin et mis en image par Armand chez Soleil Edition.

Titre : Angor

Auteurs : Jean Charles Gaudin (Scénario) et Dimitri Armand (Dessins)

Genre : Aventure / Heroic-Fantasy

Édition : Soleil

Date de parution : 2008 – Aujourd’hui

ISBN :

9782849469729

9782302006362

9782302012639

9782302019621

Nombre de pages : 48 pages par tome.

Nombre de tomes: 4

.

Les auteurs:

.

Jean Charles Gaudin (Scénariste)

Né en 63 à Challans et résident à Saint Jean de Monts, Jean-Charles Gaudin s’intéresse très tôt au cinéma et à la bande dessinée. Il écrit et réalise ses premiers films Super 8 à partir de 1983 avant de passer aux formats 16 et 35mm.
Après une formation d’écriture de scénario, il écrit, produit et réalise plusieurs courts-métrages et films institutionnels avant de se lancer dans la bande dessinée. Parmi ses plus célèbres travaux l’on trouve Marlysa, Garous, Les Arcanes du Midi-Minuit, Les Princes d’Arclan, Le Feul, etc. Il a également participé au projet Kookaburra Universe en scénarisant le Tome 4 et a adapté en BD le bestseller de Robin Hobb : L’Assassin Royal.

Source : Soleil 

.

Dimitri Armand (Dessinateur)

Dimitri Armand est né en 1982. Dès le plus jeune âge, il se passionne pour le dessin. Son frère lui fait découvrir les comics, puis il s’intéresse au manga. Sa rencontre avec la BD Franco-Belge a lieu plus tard, lorsqu’il découvre des séries à succès telles que Travis, Asterix, Lucky Luke, La Caste des Métas Barons et, bien sûr, Lanfeust.
Il suit les cours de l’atelier Hourdé à Paris, puis entre à l’école Pivaut à Nantes pour se spécialiser dans l’animation.
Seulement il se rend compte que le métier auquel il est formé ne lui correspond pas du tout. Il découvre Enrico Marini, et l’œuvre de cet auteur italien lui donne envie de faire de la BD.
Tout s’est ensuite joué lors de sa dernière année à l’école Pivaut. Grâce à son professeur d’illustration, Laurent Miny, il fait la connaissance de Thomas Cheilan avec lequel il va collaborer pour la série Salamandre aux éditions du Lombard. Par la suite, il rencontre Jean-Charles Gaudin, qui fait partie du jury chargé de son examen de fin d’année, et signe un contrat chez Soleil pour la sortie d’Angor.

Source: Soleil 

 .

Le pitch:

Talim, Evrane et Lorky sont trois adolescents qui vivent dans un petit village d’Angor. Issus de la plus petite caste du Royaume, leur destinée est toute tracée : ils seront paysans, comme leurs parents. Mais alors qu’ils décident de fuir la vie de misère qui les attend, la découverte d’une amulette va tout changer. Celle-ci a le pouvoir de modifier l’apparence de ses utilisateurs en leur donnant l’âge qu’ils souhaitent avoir.

 .

Mon avis:

 Une fois n’est pas coutume, je ne vais pas commencer par le scénario aujourd’hui, mais par le dessin. C’est généralement mon principal critère de choix : si le dessin ne me plait pas, je n’achèterai pas une BD, pourtant une fois la lecture engagée, on considère souvent que c’est la qualité du scénario qui fait ou non une bonne BD. Et bien là, je dois dire que la plus grande qualité de cette BD est son dessin. Je suis littéralement sous le charme de la plume d’Armand (ou peut être sous le charme d’Evrane en fait … ahem). Il est précis sans pour autant être trop chargé, dynamique sans faire l’impasse sur les émotions des héros, il réussit à donner à chaque personnage son charme propre, bref, il a tout pour (me) plaire. Je ne vais pas disserter plus longtemps sur ce point, quelques images valent mieux qu’un long discours (surtout quand il s’agit de dessin) je vous invite donc à visiter le blog d’Armand et à jeter un œil sur les planches que vous pourriez trouver sur le net.

Côté scénario vous allez me dire : « Quoi ? Encore une quête d’heroic-fantasy ? Pffff ! ». Oui ! Bah non ! Pourquoi ? Parce que c’est Môssieur Gaudin qui est aux commandes. Et le monsieur n’en est pas à son coup d’essai. Auteur prolifique, il a déjà à son actif quelques classiques tels que Marlysa ou les Arcanes du Midi-Minuit qui sont des références reconnues. Et là encore, il fait mouche. Angor n’est pas un univers qui renouvelle le genre (contrairement au style steampunk des Arcanes par exemple), c’est là son moindre défaut (« Ah ? On n’a pas le droit de plagier La Fontaine, fichtre ! »). Mais la recette prend, car elle s’appuie sur des mécanismes rodés et parfaitement maîtrisés (aventure, émotions, humour, intrigue épique bien ficelée). Si je devais décrire Angor par analogie, je dirais que c’est une savante alchimie entre les Forêts d’Opale et Harry Potter, saupoudré d’un zeste de Tolkien. Que demander de plus ? Que cela dure ? Avec quatre tomes et un cinquième en préparation, les choses sont bien parties. Espérons que cette histoire, qui ne fait que se bonifier avec le temps continue de ravir ses lecteurs et rejoindra ainsi le panthéon des séries classiques déjà écrites par Gaudin.

 .

Note indicative du rédacteur

4/5

.

Lord_Akhen@ton