» The French Job  » est le premier album du groupe français Cucumber. A la fois vintage, moderne, groovy, électro pop et pêchu, cet album nous a enthousiasmé ! Nous avons donc souhaité en savoir plus sur ce groupe.

 

Pouvez-vous nous présenter le groupe ?

En premier lieu ce groupe est un groupe d’amis, musiciens rassemblés autour du projet commun « Cucumber ». Olivier Vaillant tient la basse groovy, Christophe Vaillant assure la guitare Funky Soul et le Sitar, Marie-Julie « la panthère pop » Arnal le Wurli, le Rhodes, et le Theremin, et moi-même Cyril Jean, l’orgue Hammond et autres claviers vintages. Puis sont venus nous rejoindre en cuisine Laurent Elfassy à la basse, Alex Nollet et Pierre Begnini à la guitare, Mr Cheveux aux scratches, Emilie Nozières aux choeurs et Benjamin Nozières à la Whawha.

 

cucumber

 

En tant que musiciens, vous participez déjà à plusieurs projets musicaux chacun.
Pourquoi avoir choisi en plus de créer Cucumber ?

C’est surtout pour explorer d’autres horizons musicaux que ceux de nos autres projets tels que Stereoscope Jerk Explosion, qui navigue entre l’Indian Beat et le Swinging London 1968, et également Pony Taylor, qui oscille entre power Pop et heavy Soul, chanté en anglais.
La démarche de création est d’ailleurs différente avec Pony Taylor, qui compose en groupe durant les répétitions avec les idées de chacun, alors que pour Cucumber, étant un peu le « chef d’orchestre », je pose les bases de la compo puis les copains viennent apporter leurs ingrédients secrets dans l’arrangement et cela donne la couleur finale des morceaux.

 

Que vous apporte ce groupe ? (musicalement, personnellement…)

L’occasion d’expérimenter, de mélanger, sans se donner de ligne musicale trop définie, à l’intuition, et personnellement d’exprimer une passion pour une instrumentation vintage et un univers musical follement visuel également, hérité de la fin des années soixante, tout en utilisant la technologie et les outils du XXIe siècle avec quelques touches électroniques ou des platines.

 

Comment se passe l’écriture des morceaux ?
Un seul compositeur ?
Ou est-ce que tout le groupe participe à la composition des morceaux ?
Un seul compositeur, mais très inspiré par le travail d’un grand nombre d’autres (vrais) compositeurs.
On peut dire que tout le monde apporte sa pierre à l’édifice, de part son jeu, ses influences, mais c’est très décontracté, les sessions sont toujours autour d’un apéro (ou de champagne, elle se reconnaitra), et ça donne des choses spontanées.

 

Vous avez participé à l’illustration musicale de plusieurs émissions télévisées (Canal+, France 2), quel impact ça a eu ?
Est-ce que ça vous a ouvert des portes ?
Si c’est d’un impact sur le public ou une notoriété, aucun, car à l’époque le groupe n’avait rien produit physiquement et ne faisait pas de concerts.
D’une manière ou d’une autre cela a permis de toucher d’un peu plus près l’illustration sonore, qui se prête bien à notre musique instrumentale.

 

cucumber

 

Sorti en juin 2012, « The french job » est votre 1er album. En êtes-vous satisfait ?

N’ayant plus du tout de recul (vu le temps qu’on a passé dessus), c’est plutôt les commentaires enthousiastes à propos de cet album et l’accueil qu’il a reçu qui me feraient dire oui.

Si oui, quels morceaux en particulier ?

Personnellement, j’ai un faible pour Malyflow’s Garden et Sadurday qui sont des morceaux plus intimes, mélancoliques, avec des cordes, des cuivres, des choeurs et on aime bien travailler sur des arrangements « grand orchestre » (mais pas du splendid !)

Si non, qu’est-ce que vous aimeriez changer ?

Peut-être l’ordre des morceaux, ce n’est jamais évident de choisir quel titre ouvre le bal.

 

Quels instruments ont été utilisés pour la création de cette (belle) ambiance psychédélique ?

L’orgue Hammond évidemment, mais aussi, Clavinet, Fender Rhodes, Wurlitzer, Theremin, guitares fuzz et wha, sitar, basse, synthétiseurs analogiques, samples, scratches, choeurs, cordes, cuivres, tubular bells, glockenspiel, cris de plaisir et bruitages divers…

 

The french job est principalement un album instrumental.
Souhaiterez-vous intégrer du chant pour vos prochaines créations musicales ?

Il y a eu quelques remix chanté de groupes dont on avait gardé la piste vocale mais en ce qui concerne les compos, je ne pense pas qu’il faille en mettre car c’est un peu la typicité de ce projet. Comme je vous disais, on explore déjà cette voie (voix) là avec Pony Taylor, où il y a beaucoup d’arrangements vocaux. (Je vous invite d’ailleurs à découvrir le 2ème Album sorti en Mai qui s’intitule « How to fold paper in half twelve times »).

 

 

Plus d’informations :
Label : Cosmic Groove
Distribution : Module
Bandcamp