Colline Hill est une jeune bretonne dont le 1er album,  » Wishes  » , est sorti en février 2012. Comment a-t-elle commencé la musique ? Comment son album à la fois folk et pop a été créé ? Pour en savoir plus, rendez-vous avec Colline Hill  qui va nous en dire un peu plus sur sa musique.


 colline hill

 

Qui est Colline Hill ?
Je suis une singer-songwriter bretonne, d’orientation Folk et je vis désormais en Belgique.

 

En 2009, 300 internautes vous suivent et vous aident pour la production d’un EP 3 titres « ‘Cause I love » via Akamusic.
A votre avis, ce système est-il l’avenir des musiciens ?
C’est difficile de répondre à cette question. Je ne sais pas si c’est l’avenir des musiciens. Cela compte parmi les alternatives possibles. On s’aperçoit d’ailleurs que beaucoup d’artistes ont aujourd’hui recours à ce système. A mon sens, le plus important est que chaque artiste puisse utiliser un système qui lui convienne. J’ai fait appel au soutien des internautes car j’aime les gens et le contact que j’établis avec eux. C’est indispensable dans ce genre de production où vous établissez un contact direct-to-fan. Je n’ai jamais envisagé ma production comme quelque chose de contraignant mais bien comme un réel échange qui m’a beaucoup enrichie. Ce système n’est pas différent d’un autre : si l’artiste a du talent, bosse comme un fou et prend des risques, il y a des chances qu’il réussisse avec ce système ou un autre.

 

colline hill

 

Ensuite, tout s’enchaîne … et votre album  » Wishes  » sort en février 2012.
Pouvez-vous nous raconter l’histoire de cet album ?
Wishes, mon 1er album, est vraiment le fruit d’une application et d’une implication bien réelles. Il y a beaucoup de monde derrière Wishes…
Il y a déjà 831 internautes qui ont cru en cet album, et c’est déjà beaucoup. Ensuite, cet album signe de très belles collaborations. Les 3 titres de l’EP «  ‘Cause I love », présents sur cet album, marquent mon travail avec l’arrangeur belge Werner Pensaert (K’s Choice, U2, Hooverphonic). J’en garde un très bon souvenir. Mais Wishes est surtout l’emblème de ma collaboration avec l’arrangeur anglais, Stuart Bruce. J’ai fait appel à lui pour l’enregistrement de Wishes, pour ses arrangements et le mix de l’album. J’avais un réel besoin de retranscrire l’émotion de mes titres et ce n’est pas toujours évident de trouver LA personne qui saura saisir ce que vous ressentez. Stuart est connu pour ses collaborations avec les Real World Studios et son travail aux côtés de Peter Gabriel, Loreena McKennitt, ou encore Kate Bush. Le son qui le caractérise est précieux, et ce n’est pas un hasard si sa patte apparaît dans le mastering du dernier single de Lana Del Rey.

Après plusieurs mois de travail à distance (durant lesquels je transmettais mes démos à Stuart avec des idées d’arrangements et qu’il me renvoyait plus abouties), je suis partie le rejoindre en Angleterre. Nous avons travaillé tous les deux pendant 10 jours, partagé également beaucoup de fous rires et de grande complicité. Nous sommes tous les deux très bavards et on adore rire. Au-delà de cela, cet homme est bourré de talent, et surtout très accessible. Je suis très touchée qu’il ait aimé mon univers et que nous ayons pu travaillé ensemble sur Wishes.

 

Quelle chanson de l’album vous tient le plus à cœur ?
Sans hésitation :   » Where you are « .
Je crois que c’est le titre qui m’  » évade  » le plus.

 

 

Votre univers m’a parfois fait pensé à celui KT Tunstall, Ilenes Barnes, Tracy Chapman, Sarah McLachlan…
Vous avez aussi participé à la reprise de la chanson « A horse with no name » (America) en live…
Quels sont les musiciens que vous appréciez le plus ?
C’est dur de citer les musiciens que j’apprécie le plus, et donc de choisir. Si on parle vraiment de musiciens, j’aime beaucoup le style de composition et la sensibilité d’Anna Ternheim, le jeu de guitare énergique de Melissa Ferrick, et l’émotion retrouvée dans les cordes de Ray Lamontagne.

 

 

Quels sont ceux qui vous ont donné envie de faire la musique ?
La liste serait longue. Je me souviens d’une anecdote. A 14 ans, mes amis m’ont demandé ce qui me ferait plaisir pour mon anniversaire. Je leur ai répondu : le Best of de « The Carpenters »… Je pense que je marquais déjà mon envie d’une musique différente. Souvent sous-estimé, ce duo familial avait un sens de la mélodie très aiguisé, et Karen Carpenter avait une voix exceptionnelle. Donc ce fut l’un de mes premiers coups de coeur.
Bob Dylan… ça tombe comme une évidence.
Quand je l’ai entendu, j’ai eu le sentiment d’une révélation ; enfin un langage que je comprenais.

 

Avec un tel potentiel vocal, pensez-vous essayer d’autres genres musicaux par la suite ?
Le rock par exemple ? Ou souhaitez-vous poursuivre dans cette direction pop-folk ?
C’est gentil, merci.
Ma musique est déjà très imprégnée de folk, de pop et de rock. Chacun de mes titres fait ressortir plus ou moins fortement l’un de ces styles.
Pour répondre à la question, je dirais que je suis tout de même très habitée par la folk, la vraie. Donc je pense que des teintes différentes pourront toujours apparaître mais sur une base de folk.

 

colline hill

 

Bretonne d’origine, vous avez vécu en Irlande, et maintenant vous vivez en Belgique.
Vos voyages ont-il eu une influence sur votre musique ?
Oui, sûrement. Mais ce sont surtout les rencontres, musicales mais aussi humaines, qui ont enrichi ma musique.
En vous répondant, j’ai beaucoup de visages qui défilent dans ma tête : ceux de toutes les personnes que j’ai croisées pendant que jouais. De Galway à Bruxelles, de Quimper à Florence, ou encore de Brest à Dublin, j’ai beaucoup beaucoup de souvenirs, des anecdotes, des mots échangés,…
J’aime ce que je vis, et je suis heureuse.

 

Et pour finir cette interview, une question pour nos lecteurs bretons :
Pensez-vous faire quelques concerts en Bretagne prochainement ?
Je reviens d’une tournée baptisée « Back Home Tour I », qui s’est déroulée du en mai dernier.
Je suis passée par Rennes, Vannes, Concarneau, Quimper, Brest, St Brieuc, Carhaix,… et je reviens bientôt.
Je serai le 12/07 au Toucouleur à Trégastel, et le 13/07 aux Tonnerres de Brest. Ensuite, retour en Belgique pour les Francofolies de Spa.

Merci pour cette interview et à très vite en Terre BZH !

 

 

Plus d’informations :

www.collinehill.com