Il y a déjà quelque temps, nous avions eu l’occasion de découvir la musique dark-folk de Kentin Jivek, avec la publication d’une chronique sur ses albums  »  La maigreur élégante  »  ( janvier 2008) et  »  Fuis-moi je te suis  » (avril 2008). Aujourd’hui, nous souhaitons lui laisser la parole pour qu’il nous parle lui même de ses quatre disques :  » Eight New Prophecies  » (octobre 2009),  » Ode to Marmaele  » (juin 2010),  » Now I’m Black Moon  » (février 2011),  » Third Eye  » (mars 2012). Carte blanche, donc, à Kentin Jivek va nous parler de sa musique.

 

 

eight new prophecies

 

Eight New Prophecies (octobre 2009)

 

Kentin Jivek : Cet album a fait suite à de nombreux déplacements, il s’agit d’une période très intense où je bougeais sans cesse.  » Little Black Scorpions  » fut la seule chanson enregistrée dans un autre studio en Provence, dans le Sud de La France. Je voulais faire un album profond et efficace avec peu de chansons, donc 8, mais à la production irréprochable.
Au niveau des paroles, j’ai commencé à cette époque à jongler avec les mots que ce soit en anglais ou en français.  » Quelle Importance  » est une chanson décisive depuis l’enregistrement jusqu’au live.

 

Lien d’écoute vers l’album (Deezer)

 

 

ode to marmaele

 

Ode to Marmaele (juin 2010)

 

Kentin Jivek :  » Le Moine » et  » Et Vogue La Verve  » sont très caractéristiques. Je m’étais enfermé trois mois pour l’enregistrer dans un état d’esprit très convenable, et entouré de beaucoup de matériel, d’où la prédominance de percussions. J’ai toujours voué une sorte de culte à la ville de Stavanger en Norvège et leur folklore d’où le nom de l’album. Quatorze chansons et un gros travail sur les arrangements. Cet album m’a permis d’acquérir un nouveau public et des rapports beaucoup plus étroits avec des gens qui me sont désormais très proches.

 

Lien d’écoute vers l’album (Deezer)

 

 

now i'm black moon

 

Now I’m Black Moon (février 2011)

 

Kentin Jivek : Je présentais « Ode to Marmaele » sur Berlin. A mon retour, je fus très affecté par une histoire. Du coup, j’ai pu me lancer dans cet album en me délestant de tous codes musicaux.  » What If  » et  » Mother Absintha  » sont des chansons clés car elles sont à la fois très personnelles mais universelles. Tout commence dans les meilleures conditions et en onze chansons, on comprend qu’il ne peut y avoir, en théorie, de stricte équivalence des sentiments.  » In Questo Specchio  » termine en s’inspirant de l’effet miroir et  » Die Merseburger Zauberspräuche  » est un hymne à la délivrance et à la survie.

 

Lien d’écoute vers l’album (Deezer)

 

 

third eye

 


Third Eye
(mars 2012)

 

Kentin Jivek : Des signes apparaissaient clairement, et la volonté de chanter en français avec la même vigueur qu’en anglais. J’ai tout écrit d’un seul bloc avec une configuration différente pour les instruments en studio.  » Dopplegänger, L’Ombre Ka  » est une chanson remède,  » Thou, Raven Song  » traite de l’animal totem de chacun. Cet Album est brut, direct, évident.

 

Lien d’écoute vers l’album (Deezer)

 

 

Site officiel de Kentin Jivek

 

Pour réagir à cet article, rendez-vous sur notre forum musique