Après l’Amérique du Sud, nous avons décidé d’aller en Amérique du Nord à la découverte de l’Ouest Américain. Rien qu’en réservant les billets d’avion, une certaine excitation s’empare de nous. Ben oui l’Amérique, ses grands espaces et ses villes immenses j’avoue que ça m’attire. Allez ne trainons plus, embarquons !

 

Jour 1 : Paris – San Francisco

C’est de bonne heure que nous partons de Nantes en direction de Paris CDG. Un incident sur notre réservation nous a quand même flanqué une bonne trouille et nous avons bien cru ne jamais partir. Après plusieurs minutes interminables, notre souci est réglé et nous pouvons enfin penser aux vacances.

Arrivés à Roissy, nous changeons de terminal et il nous faut patienter dans la longue file des contrôles avant de rejoindre la porte d’embarquement pour San Francisco. A partir de ce moment là des images des USA se succèdent dans mon esprit ; vivement qu’on y arrive !

 

Le décollage de Paris à lieu à 11h pour une arrivée à San Francisco à 14h heure locale. Les formalités douanières avec prise d’empreintes et d’iris passées, nous prenons le train pour rejoindre le centre de la ville. En sortant de la station dans Financial District, nous sommes tout de suite happés par les gratte-ciels. Notre hôtel n’est qu’à une vingtaine de minute de marche de là, tout près de Transamerica Pyramid, le gratte-ciel le plus connu de la ville.

 

Il n’y a plus une minute à perdre pour découvrir cette ville qui déjà me fascine. Pour se rendre compte de l’étendue de celle-ci, c’est sur Union Square que nous nous dirigeons, une grande place fréquentée de San Francisco. Nous prenons de la hauteur et empruntons un ascenseur panoramique d’un hôtel luxueux (ici cela ne pose aucun problème). Et là quelle vue ! C’est tout d’abord les différents immeubles de Financial District qui s’offrent à nous puis, sur les côtés, des points de vue sur la baie.

 

Financial District – San Francisco

.

Ensuite, nous reprenons notre découverte vers le quartier chic de Nob Hill pour y découvrir d’autres hôtels de prestige. Nous prenons également la mesure de la folie américaine : pick-up géants motorisation V8, rues extra-larges… Et ce temps superbe pour nous accueillir : grand soleil et un petit 26°C ou 79°F devrais-je dire. Ça vous désoriente pas mal ces températures en Farenheit…

 

Pour terminer cette journée fatigante (et oui nous avons 9h de décalage avec la France), nous redescendons vers notre hôtel via Chinatown ; on se croirait vraiment en Chine ! Notre choix de resto se porte d’ailleurs sur un chinois car nous craignons d’être rapidement saturés de la « cuisine » américaine pendant ce séjour.

Chinatown – San Francisco

 

 Jour 2 : San Francisco

Toujours aussi beau sur San Francisco. Pas de grasse matinée aujourd’hui car c’est la seule journée consacrée à 100% à la découverte de la ville.

Nous commençons donc par grimper la colline de Telegraph Hill située non loin de l’hôtel au sommet de laquelle se situe la Coit Tower. Non ce n’est pas le musée du sexe… C’est un don de Lillie Coit en hommage aux pompiers de la ville en 1933. De là, nous avons une superbe vue sur la baie notamment le Golden Gate, les différentes collines de la ville sans oublier les buildings de Financial District.

 

Financial District depuis la Coit Tower

Financial District depuis la Coit Tower

Nous redescendons ensuite par Greenwich street et ses maisons avec un petit côté « bohême » pour arriver à Pier 31 que l’on peut traduire par jetée 31. Il en existe plusieurs dizaines à San Francisco côté baie.

Nous venions ici pour prendre nos tickets pour visiter la prison d’Alcatraz mais malheureusement c’est complet pour aujourd’hui. Tant pis ! C’est néanmoins rageant car nous pouvions prendre les tickets sur internet mais je ne pensais pas qu’il y aurait autant de monde à cette époque ici.

Pier 31

Pier 31

 

On ne se laisse pas abbatre et il faut mettre ce temps à profit pour découvrir un peu plus la ville. C’est donc vers le quartier voisin de Fisherman’s wharf et Pier 39 que nous partons. Pier 39 est un des endroits les plus célèbres de la cité californienne avec ses otaries. Celles-ci ont élu domicile sur quelques pontons et attirent pas mal de monde. En dehors des otaries, Pier 39 est un lieu animé avec ses nombreuses boutiques et restaurants dont le fameux Booba Gump le copain pécheur de Forest Gump. L’atmosphère de la jetée a un petit côté Disney…

 

Pier 39

Pier 39

.

Après Pier 39, voici Pier 41 où sont amarrés plusieurs navires dont un sous-marin de la seconde guerre mondiale que nous visitons. L’intérieur est très étroit et on comprend les conditions de vie difficiles des sous mariniers. Près de là se trouvent de nombreux restaurants où l’on peut manger des crabes, la spécialité des pécheurs du coin. L’odeur qui s’en dégage est très prenante. Moi qui n’aime pas le crabe, cela devient vite désagréable.

Otaries

Les otaries de Pier 39

 

Port de pêche San Francisco

Le port de pêche à Pier 41

.

Nous louons ensuite des vélos pour profiter du sentier qui longe la baie et aller jusqu’au Golden Gate. Le sentier est très plat et longe différents ports de plaisance et plages rendant la balade très agréable. Au bout de quelques kilomètres, nous voilà arrivés au symbole de San Francisco : le Golden Gate. Sans brouillard en plus… on a de la chance car celui-ci est très souvent dans la brume qui se crée lors de la rencontre des courants froids du Pacifique et de la chaleur de Californie. Ouvert en 1937, ses dimensions sont impressionnantes : 2700m de longueur, 230m de hauteur pour les tours. Nous restons quelques minutes à contempler le monstre et constater qu’il y a pas mal de passage maritime notamment des porte-conteneurs.

 

Golden Gate

Le Golden Gate

.

Ensuite, nous reprenons la route en sens inverse jusqu’à notre loueur puis remontons la colline de Russian Hill par Hyde Street. La pente est raide, San Francisco a l’avantage de vous donner des molets costauds et des cuisses bien fermes. On a même vu des rues dont la pente est si forte que le trottoir est en escalier… On a bien fait de ne pas s’aventurer hors de la côte avec nos vélos.

Nous arrivons enfin au sommet de Lombard Street, une rue en lacets sur l’une des ses portions car la pente y est trop forte pour la faire droite. Nous ne sommes pas les seuls à venir regarder cette curiosité.

Villa Russian Hill

Une villa de Russian Hill

 

Lombard Street

La partie en lacets de Lombard Street

.

Il est 19h30 et le soleil se couche, il est temps de se restaurer après cette magnifique journée.

Colombus Avenue

Au carrefour de Colombus Avenue et Keamy Street