Nice est une ville de contrastes. Contraste géographique tout d’abord avec ce superbe littoral et les montagnes de l’arrière pays. Contraste au niveau de l’architecture aussi où se mêlent de nombreux styles, contraste des quartiers entre les ruelles sérées du Vieux Nice et le quartier chic de Carabacel ; enfin contraste au niveau de la population où se côtoient jeunes et retraités. La capitale de la French Riviera est également une ville culturelle possédant de nombreux musées réputés. En résumé, Nice est une ville qui offre beaucoup au visiteur qui prend le temps de la découvrir. Découvrons-là à travers ses principaux quartiers.

Un peu d’histoire

La ville de Nice est née au 4ème siècle av. JC par les grecs qui la nomment Nikaia. Elle est ensuite occupée par les romains au 1er s. ap. JC. Après la disparition de l’Empire Romain, Nice fait partie de la Provence jusqu’en 1388. A cette date, Nice décide de changer pour la Savoie et commence par nouer plus de liens avec ses voisins transalpins. Au sein de la Savoie est fondée le comté de Nice qui y restera lié jusqu’en 1860, année où le comté est rattaché à la France.

s

Le quartier de Carabacel

Ce quartier bourgeois, situé non loin du centre, créé au 18ème siècle ne doit se découvrir qu’à pied car il permet de découvrir de très belles demeures et grands hôtels, et offre quelques points de vue sur la ville. Parmi les grands hôtels aujourd’hui transformés en résidence, on trouve le Majestic, le Grand Palais ou encore l’Hôtel de l’Hermitage. La plupart datent de la fin 19ème ou de début 20ème.

Les belles demeures ne sont pas en reste notamment dans les hauteurs de Carabacel près de l’avenue Emile Bieckert.

Ce qui marque également en se promenant dans le quartier, c’est l’omniprésence de la végétation ; végétation méditerranéenne bien évidemment avec un grand nombre de palmiers, oliviers, pins, orangers ou encore cyprès.

Le quartier de Carabacel

Le Majestic à gauche ; un square typiquement niçois à droite

Le vieux Nice

La vieille ville est entourée de la promenade du Paillon au nord et à l’ouest, de la colline du château à l’est et de la mer au sud. Le cœur de la ville fût construit aux 17ème et 18ème siècles. Le style architectural n’est pas sans rappeler le style italien avec ses hauts immeubles colorées aux volets verts. C’est assez simple mais réussi car les rayons du soleil sur les peintures jaunes ou rouge donnent à ces maisons un charme indéniable et un côté chaleureux.

Le vieux Nice est un labyrinthe de ruelles étroites où il ne faut pas hésiter à se perdre pour en « sentir » l’atmosphère. Ce quartier regorge de bâtiments, rues et places à ne pas manquer.

Le lieu incontournable est le Cours Saleya. Cette esplanade tout en longueur est le terrain d’accueil de deux marchés : le marché aux fleurs sur la partie ouest et le marché aux fruits et légumes sur la partie est. Le premier qui dure jusqu’à 16h regorge de plantes et fleurs de l’arrière pays (oliviers, mimosas, roses…). Le second se termine à 13h et propose toutes sortes de produits locaux : courgettes, aubergines, poivrons, citrons, etc, ce qui donne des étals assez colorés.

Le Cours Saleya

Le Cours Saleya

Le quartier regorge d’églises et chapelles. Nous n’allons pas toutes les citer ici, juste quelques unes. La plus importante est sans aucun doute la Cathédrale Ste Réparate dans un style purement baroque. Ensuite la chapelle de la Miséricorde sur le Cours Saleya également dans le style baroque accompagné de plusieurs trompe-l’oeil. Enfin, on peut citer l’église du Gesù ou église St Jacques qui donne sur la petite place du Gesù. Là aussi c’est du baroque avec un intérieur assez chargé.

Les autres lieux incontournables du quartier sont l’opéra et son style belle époque datant de 1881. Le plus étonnant est son orientation car l’entrée est opposée à la mer et donne sur une petite rue. Cela s’explique par le fait qu’à cette époque il ne fallait surtout pas apparaître avec une peau mate ; on choisit donc de mettre l’entrée face nord.

La préfecture n’est pas en reste avec son palais qui donne sur le Cours Saleya. Ensuite, le palais Lascaris bâti par une grande famille niçoise au 17ème s. Ce bâtiment baroque abrite de beaux décors, mobiliers d’époque et quelques belles toiles.

Enfin, on peut terminer par la place du palais où est situé l’imposant palais de justice de style néoclassique.

Vieux Nice

Ruelle de la Vieille ville avec la Cathédrale

La colline du château

Si vous cherchez un château ici, rebroussez chemin car il n’y en a plus depuis un moment. Néanmoins c’est un lieu important de Nice car c’est à partir d’ici que la ville se développa. La fortification de la colline fût entamée juste avant l’arrivée des grecs et se termina en 1706 avec l’ordre de destruction de louis XIV.

Située entre le Vieux Nice à l’ouest et le port à l’est, la colline du château est un poumon vert en plein centre. C’est un lieu de promenade privilégié des habitants car il offre de nombreux sentiers et plusieurs points de vue sur la ville et la mer.

Eglise de la colline du château

Eglise de la colline du château

Promenade du Paillon

Le paillon est une rivière qui sépare le Vieux Nice du reste du centre. Aujourd’hui canalisé et recouvert sur sa partie finale depuis 1860, il a fait place à une artère principale de la ville. Le début de cette promenade commence à l’embouchure du Paillon au jardin Albert 1er, jardin à la française composé de palmiers et d’arbres exotiques. On débouche juste après sur la très belle place Masséna et ses immeubles de couleur rouge ligure.

Place Masséna

Immeuble de la place Masséna

Un peu plus loin se trouve le lycée Masséna de style néo-classique, ancien couvent converti en établissement scolaire. La promenade se termine au MAMAC (Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain). Ce musée réputé nous rappelle que Nice a accueilli de nombreux artistes comme Matisse, Picasso, Chagall ou plus proche de nous Ben.

De là, on peut gagner à deux pas la place Garibaldi, autre point névralgique de la ville.

.

Le port Lympia

Le port de Nice est étonnant car c’est un coin calme dans la ville alors qu’habituellement le port est l’endroit central et animé d’une ville. Cela s’explique par le fait que Nice n’a jamais été une ville maritime, au contraire de ses voisines Marseille et Gênes. Son port n’existe que depuis le 18ème siècle et n’a servi qu’aux liaisons avec la Corse et à la plaisance. Cela dit, c’est un endroit par lequel il faut passer car la balade le long des quais n’est pas désagréable. De plus, les façades colorées des immeubles qui le bordent ne sont pas pour déplaire.

Le port Lympia

Le port Lympia depuis la colline du château

Le Mont Boron

Le Mont Boron est une autre colline de Nice mais bien plus haute (178m) et vaste que la colline du château qui est à la fois quartier assez huppé avec ses belles demeures, poumon vert avec sa forêt et lieu de promenade (11 km de sentiers). L’une des manières de découvrir cette colline est de longer le port puis la corniche et de prendre l’escalier juste après le splendide Tribunal Administratif. Il y a pire comme conditions de travail… Le cadre est somptueux et on a du mal à croire qu’il s’agisse d’un tribunal (administratif certes mais tribunal quand même!). L’ascencion du Mont Boron offre à différents niveaux de superbes panoramas sur la ville et le port. Après avoir cheminé entre quelques villas, on gagne la forêt et un sentier qui surplombe la mer. Arrivés face à l’est, le panorama s’ouvre sur St Jean – Cap Ferrat, la presqu’île des milliardaires. La forêt du mont Boron permet de découvrir la forêt méditerranéenne type composée de pins, chênes, oliviers et eucalptus. N’oublions pas les nombreux orangers et citronniers qui agrément les jardins des propriétes. Il ne vous reste plus qu’à descendre la colline en passant par le chemin du Fort Thaon pour rejoindre la ville.

Vue depuis le Mont Boron

Vue sur le port depuis le Mont Boron

La promenade des Anglais

Certainement le lieu le plus célèbre de la capitale de la Côte d’Azur. Cette route longe le littoral niçois sur près de 8 km du centre jusqu’à l’aéroport. Son nom vient du fait que de nombreux anglais passaient l’hiver dans leurs riches demeures en bord de mer. C’est sous l’impulsion du révérend Lewis Way qu’une route est créée et prend le nom de chemin des anglais.

L’architecture des bâtiments bordant la célèbre avenue présente différents styles en fonction de l’époque et de l’usage des bâtiments. On trouve en premier lieu des palaces comme le Negresco de style Belle Epoque mais aussi le Royal ou le Westminster. Ensuite, les inévitables casinos dont le prestigieux Palais de la Méditerranée construit dans le style Art Déco en 1929.

Côté habitations, entre les immeubles sans charme des années 60 et 70, il reste quelques belles villas du début XXème comme la villa Dikanski.

Le Negresco

Le Negresco

La colline de Cimiez

La colline de Cimiez est habitée depuis le 1er s. avant JC par les Romains qui y avaient fondé la ville de Cemelenum. On trouve des traces de cette époque avec les arènes de Cimiez et les thermes. Les arènes sont de taille modeste et en mauvais état en comparaison de celles d’Arles et Nîmes. Entre les arènes et les thermes, ne manquez pas le musée Matisse. Installé dans une magnifique villa du 17ème s. de couleur rouge, ce musée est incontournable pour tout amateur d’art. Il présente différentes œuvres de l’artiste tout au long de sa carrière (sculpture, peinture, dessin).

A travers le parc des Arènes et son oliveraie, on peut se diriger vers le monastère franciscain présent sur la colline depuis le 15ème s. Les jardins du monastère offrent une halte au calme au milieu des orangers, rosiers et parterres fleuris. De plus, ils offrent un magnifique panorama sur la ville.

cimiez

Le monastère à gauche ; le musée Matisse à droite.

Cimiez est une colline bourgeoise et abrite de nombreuses villas somptueuses autour du boulevard de Cimiez. On citera la villa Paradisio aujourd’hui transformée en Conservatoire de Musique, ou l’hôtel Alhambra et son style hispano-mauresque. Cependant, le bâtiment le plus emblématique du quartier est sans aucun doute l’Excelsior Regina. Ce palace de style Belle Epoque impressionne par sa taille (200m de longueur). Autrefois hôtel de 400 chambres, c’est désormais une immense copropriété.

Le Regina

Le Regina

Vous l’aurez donc compris, Nice est une ville qui a beaucoup à offrir à l’amateur de culture, de panoramas, d’architecture, en résumé au randonneur des villes. Cet article est loin d’être exhaustif car je n’y ai abordé que quelques quartiers. Mais sachez que Nice récèle d’autres trésors avec ses nombreuses autres collines (Fabron, La Madeleine, Gairaut-Rimiez) et ses villages reculés (St Pancrace, St Romain de Bellet). On y trouve même des vignes (Vignoble du Bellet) qui bénéficie d’une Appellation d’Origine Contrôlée.