Bête de festival, Chronicle a été acclamé partout où il est passé. Premier film de son réalisateur Josh Trank, il aborde le film de super héros sous un angle totalement inédit, à l’heure où les productions Marvel squattent les écrans avec plus ou moins de bonheur.

Film de Josh Trank

Avec Dane DeHaan, Alex Russell, Michael B. Jordan…

Chronicle

.

Synopsis

Après avoir été en contact avec une mystérieuse substance, trois lycéens se découvrent des super-pouvoirs. La chronique de leur vie qu’ils tenaient sur les réseaux sociaux n’a désormais plus rien d’ordinaire… D’abord tentés d’utiliser leurs nouveaux pouvoirs pour jouer des tours à leurs proches, ils vont vite prendre la mesure de ce qui leur est possible. Leurs fabuleuses aptitudes les entraînent chaque jour un peu plus au-delà de tout ce qu’ils auraient pu imaginer. Leur sentiment de puissance et d’immortalité va rapidement les pousser à s’interroger sur les limites qu’ils doivent s’imposer… ou pas !

.

Analyse

Actuellement à la mode, le documenteur touche tous les genres, que ce soit le film de zombies (REC, Diary of the dead), le film fantastique (Paranormal Activity), voire la comédie (Projet X). Ce procédé s’attaque aujourd’hui au film de super héros avec Chronicle, premier film de Josh Trank.

Scénarisé par Max Landis, fils de John Landis, réalisateur entre autres des Blues Brothers et du Loup garou de Londres, le film raconte l’histoire d’Andrew, Matt et Steve, trois lycéens qui voient leurs vies totalement bouleversées lorsqu’ils vont se découvrir des pouvoirs dignes de super héros.

Le film s’attache au départ à décrire trois personnalités différentes, qui reprennent les clichés traditionnels des comédies adolescentes américaines avec Andrew, le souffre-douleur martyrisé par ses camarades, Matt le bon pote, et Steve la coqueluche du lycée.

Au début du long métrage, Andrew, qui vit dans un contexte familial difficile -une mère malade et un père alcoolique- décide, probablement dans le but de donner plus de relief à sa vie, de filmer tout ce qui l’entoure. Il n’a pas d’amis, est secrètement amoureux d’une pom pom girl du lycée, et son seul véritable contact social est Matt, son cousin qui essaie tant bien que mal de l’intégrer. Steve, quant à lui, est le mec le plus populaire du lycée.

Ces trois personnalités différentes vont pourtant se rapprocher après avoir été en contact avec une substance qui va leur donner des super pouvoirs. Ils s’en servent au départ pour s’amuser, faire quelques blagues. Ils découvrent rapidement que ces pouvoirs n’ont visiblement pas de limites, et qu’ils peuvent même voler. Leur différence les rapprochent, et ils vont petit à petit se couper de leur entourage pour passer tout leur temps libre exclusivement ensemble.

Mais ces pouvoirs vont révéler leur véritable personnalité ; Andrew, plutôt timide et renfermé va prendre confiance en lui, tandis que Steve, davantage préoccupé au départ par son image, se montre attentif aux autres, notamment avec Andrew. Matt est le contrepoids de ces deux personnages, puisqu’il ne change guère malgré ses pouvoirs, il reste plutôt sérieux et réfléchi.

Malheureusement, le développement des pouvoirs de chacun va créer des inimités au sein du groupe, jusqu’à un climax dantesque qui clôt magistralement le film. Le documenteur, ou plutôt faux documenteur, est un genre à la mode en ce moment, qui peut être très lucratif (voir le carton de films tels que Paranormal Activity ou REC). Pourtant ce procédé n’évite pas certains écueils -pourquoi continuer à filmer alors qu’on est poursuivi et en danger de mort- mais Chronicle les évite de manière intelligente. En effet, si les trois jeunes gens filment leurs premiers exploits caméra à la main, leurs pouvoirs vont leur permettre de filmer sans avoir à tenir la caméra, ce qui permet, après un début très documentaire, de bifurquer vers un filmage davantage orienté cinéma.

Par ailleurs, Chronicle respecte à la lettre les codes du film de super héros : de la découverte d’une substance qui va leur donner des pouvoirs, aux relations qui vont lier les trois jeunes gens avant de les séparer de manière définitive, le film est un merveilleux hommage à un genre très à la mode à l’heure actuelle, un peu comme avait pu l’être Incassable en son temps, une véritable ode au film de super héros.

On pourra simplement regretter quelques effets spéciaux un peu cheap par moments (les scènes de vol) mais le film signe la révélation d’un acteur dont on reparlera, Dane DeHaan qui, avec ses faux-airs de DiCaprio jeune, joue un personnage à la fois fragile et déterminé.

.

Pour conclure

Chronicle est au final un excellent film de super héros, l’exact contre poids des productions actuelles (Thor, Green Lantern pour ne citer qu’eux) et rappelle qu’avec un véritable amour du genre on peut réaliser de grandes choses.
.

Article rédigé par Dragon