BANDE DESSINÉE EN 6 TOMES

.

Le chat du rabbin

.Tome 1 : La Bar-Mitsva

Tome 2 : Le Malka des lions

Tome 3 : L’Exode

Tome 4 : Le paradis terrestre

Tome 5 : Jérusalem d’Afrique

Tome 6 : Tu n’auras pas d’autre Dieu que moi (à paraître)

Voir le site Internet de la série

.

– Joann Sfar, scénariste et dessinateur

Joann Sfar

Né à Nice en 1971, Joann Sfar est issu d’une famille juive algérienne. Il se définit lui-même comme un « juif berbère ».
Il a d’abord suivi des cours de philosophie, puis, maîtrise en poche, il s’inscrit à l’école des Beaux-Arts de Paris.
Il devient rapidement collaborateur de l’Association, où il paraît régulièrement au sommaire de la revue Lapin.
Puis, parallèlement, il se lance dans son premier album en couleur qui paraitra chez Delcourt en 1996. Et, chez le même éditeur, il devient rapidement le scénariste de la série les « Potamoks » et des « Trolls » (en collaboration avec Jean-David Morvan).
Puis, il entame seul (scénario et dessin) la série « Petit Vampire » et se partage l’écriture et le dessin avec Trondheim dans la série « Donjon ».
En 2000, il collabore avec Emmanuel Guibert pour la série « Les sardines de l’espace ». Puis, en 2001, toujours en collaboration avec Emmanuel Guibert, il débute la série « Les Olives noires », récit bouleversant et moderne du parcours d’un jeune enfant juif en Judée à l’époque du Christ.

Amateur de Sherlock Holmes et d’Albert Cohen, Joann Sfar a tout pour réussir : entre des dialogues loufoques ou philosophiques et de grandes connaissances en peinture et Beaux-Arts il peut se permettre d’être à la fois scénariste, dessinateur, coloriste et même réalisateur, puisque c’est à lui que l’on doit les films « Gainsbourg, vie héroïque » et « le chat du rabbin ».
Il a également réalisé le clip de « Tes lacets sont des fées » (Dionysos) et de « Hyacinte » (Tomas Fersen).
Sans oublier ses talents de musicien, notamment au ukulélé. On raconte qu’il aurait converti Mathias Malzieu, chanteur du groupe Dionysos, aux charmes du ukulélé.
Bref, un homme talentueux dans tout ce qu’il fait !

.

-Le résumé

Alger, début du XXème siècle : le chat d’un rabbin (il n’a pas de nom!) raconte sa vie et ses dialogues avec son maître.
Ce chat a découvert les joies de la parole d’une manière originale, en avalant le perroquet de la maison, perroquet qui commencait sérieusement à le gonfler d’ailleurs !
Depuis qu’il parle, le chat ne fait plus les mêmes reves. Avant c’étaient des rêves banals, maintenant qu’il parle ils sont plus élaborés. Il a un comportement plus intelligent et s’en rend lui-même compte et n’hésite pas à en jouer.
Mais le problème c’est que le chat ne dit que des vérités blessantes ou des mensonges, ce qui ne plait pas à son maître. Alors, craignant la mauvaise influence que sont chat « parlant » pourrait exercer sur Zlabya, sa fille, le rabbin les sépare. Ce dernier décide donc d’enseigner la Torah à son chat pour le remettre sur le droit chemin. La motivation principale de l’animal à devenir irréprochable et à ne pas mentir est de retourner auprès de Zlabya, qu’il adore, voire même adule ! Mais entre temps Zlabya rencontre un homme et le chat passe donc au second plan, ce qui n’est pas du tout du goût du chat…

Cette série nous fait donc partir à la découverte d’un quartier juif au début du XXème, et celui qui regarde ce monde et nous le retransmets, c’est le chat du rabbin. C’est en effet lui le narrateur de cette série.

.

A noter qu’une adaptation au cinéma de la bande-dessinée « le chat du rabbin » est sortie en juin 2011.
Voir la bande-annonce

Le chat du rabbin

– L’avis de Laetitia56

J’ai bien aimé les trois premiers tomes de cette série même si au départ, le fait d’avoir des « je lui dit que », « il me dit que » à la place des bulles lors des dialogues entre les personnages m’a déconcertée. Mais on s’y fait relativement vite et puis, ça ne dure pas tout le temps de la série. C’est juste un peu déroutant au départ. Il fallait oser.
Quant aux tomes 4 et 5 je trouve qu’ils « partent en live ». Joann Sfar s’est laché on dirait bien. En fait je n’arrive pas à faire vraiment le lien entre les tomes 1, 2 et 3 et les tomes 4 et 5. Je dirais que ces deux derniers tomes s’inscrivent plus comme des histoires que l’ont pourrait lire indépendemment alors que les 3 premiers tomes avaient un réel lien entre eux et l’on sentait une réelle évolution dans l’histoire.

Mais au final, j’ai quand même bien apprécié de découvrir les aventures du chat du rabbin et je dois saluer Joann Sfar pour l’originalité de son oeuvre. C’est du jamais vu auparavant et c’est parfois loufoque mais c’est ce qui fait que « Le chat du rabbin » est unique en son genre, tant au niveau des illustrations que des dialogues.
J’ai bien ri en lisant cette série, le chat a parfois des sorties innatendues et en même temps tellement réalistes !
Bref, même si je reste un peu mitigée après la lecture de cette série, elle est à découvrir pour son côté excentrique et unique.

Mais juste un petit bémol, sur le tome 5 du chat du rabbin, il est indiqué un tome 6 à venir mais depuis 2006 il n’est pas encore sorti. On aimerait quand même connaitre le fin mot de l’histoire ! Joann Sfar serait-il débordé entre les films qu’il réalise et toutes les séries et projets qu’il a en cours ?

.

Vous pouvez réagir à cet article sur notre forum