Des chansons populaires françaises, celles prend qu’on plaisir à écouter, assis à la terrasse d’un café, en plein été… Voilà ce que propose le groupe La ruelle en chantier (Déborah Lucas, Jérémy Francois, Matthieu Jallot, Grégory Chauchat). Pour en savoir plus sur ce groupe d’origine auvergnate, nous leur avons posé quelques questions.

 

La rue en chantier groupe

 

–  Comment l’aventure de « La ruelle en chantier » a-t-elle commencé ?
La ruelle en chantier a commencé en 2007. Jérémy (chanteur/guitariste) sortait d’une formation classique. Il a proposé a des amis rencontrés lors de son cursus de monter un groupe. On a donc commencé à 6. Au fil du temps, vu que nous étions quasiment tous étudiants, certains sont partis, revenus, repartis…
Entre temps, nous avons fait deux albums : « Un demi et six pailles » et « La vie belle », et plus d’une centaine de concerts à travers toute la France et dans notre belle région d’Auvergne.

 

–  Le nom de votre groupe « La ruelle en chantier » évoque le côté à la fois populaire et humain de vos chansons…
D’où est venue l’envie de faire des chansons (populaires) françaises ?
De nos influences communes. Nous aimions tous Les Cowboys Fringants, Les Ogres de Barback, La Rue Kétanou…
Notre orientation vers la chanson populaire s’est faite naturellement.

 

La rue en chantier groupe

 

–  Comment se passe l’écriture des chansons ?
Qui écrit les textes ? Qui compose la musique ?
Jérémy écrit les textes et arrive en répétition avec la structure du morceau. Nous cherchons les lignes mélodiques et l’accompagnement ensemble.

 

La ruelle en chantier album la vie belle

 

–  Votre second album « la vie belle » est sorti cette année… un album généreux de 15 titres remplis d’anecdotes et de réflexions sur la vie quotidienne…
Quelle chanson de cet album représente le mieux votre groupe ?
On dira « Place du vieux marché » car étant dépourvue de textes, elle laisse place à l’interprétation et l’imagination de chacun.

 

La rue en chantier groupe

 

–  Vous avez fait les premières parties de groupes reconnus tels que les Fatals Picards, Marcel et son orchestre, les Têtes Raides…
Vous aimeriez faire la première partie de quel groupe ?
Un groupe qui vous tient particulièrement à coeur ?
Il y aurait Brel pour le côté impossible, Les Cowboys Fringants pour le côté exotique, Les Ogres de Barback pour le côté rencontre humaine et puis Debout sur le Zinc car on adore ce qu’ils font.

 

–  Que pensez-vous de la chanson française actuelle ?
Quels sont les groupes que vous appréciez ?
Incroyablement riche et vivante malgré les difficultés financières que la culture rencontre en ce moment. Il n y a qu’à fouiller un peu sur la toile pour s’en rendre compte ou feuilleter des magazines spécialisés comme Francofans ou Longueur d’Ondes.
Pour les groupes, on en a déjà cité pas mal au cours de l’interview. En ce moment, on écoute pas mal le dernier album de PPFC « Entre les Ondes » et Cyril Mokaieh « Du rouge et des passions ».

 

La rue en chantier groupe

 

–  Pour la suite, quels sont les prochains projets du groupe ?
Composition de nouveaux morceaux ? Tournée de concerts ?
On a envie de voir un peu plus loin que les projets que nous avons faits pour l’instant. Plus oser faire des choses et plus sortir des sentiers battus…
Faire des concerts de plus en plus loin et de plus en plus nombreux. Des nouveaux morceaux commencent à être répétés pour arriver à la rentrée de septembre sur scène !

Merci à toute l’équipe de Nanook pour l’interview et longue vie à votre webzine !

 

(Photos : Nicolas Auproux et Sophie Hervet)

 

Pour en savoir plus :

–  Le site du groupe La Ruelle en chantier

 

Pour réagir à cet article, rendez-vous sur notre forum