C’est l’histoire de Germain et Margueritte. Une véritable histoire d’amitié comme on les aime. Un roman écrit en toute simplicité et avec humour par Marie-Sabine Roger. Si vous voulez sourire et vous détendre, c’est le roman qu’il vous faut !!!
Ce livre fait partie de la sélection du Prix Cézam 2009.

 

– Présentation du prix Cezam

Prix Cezam 2009Ce prix est né à Nantes et Angers il y a un peu plus de 10 ans avec la Fédération Cezam qui regroupe des comités d’entreprise. Aujourd’hui ce prix est reconnu un peu partout en France, il comporte un prix national et des prix locaux.
La sélection des livres est réalisée par un comité de lecture animé par deux bibliothécaires. Les 10 ouvrages sélectionnés doivent répondre à certains critères tels que : romans d’auteurs francophones ou européens, publiés récemment par des petites et moyennes maisons d’édition.

 

– Marie Sabine Roger

 Marie-Sabine Roger

Marie Sabine Roger est née en 1957. Cette bordelaise d’origine vit aujourd’hui dans le Sud de la France. Après avoir été enseignante en maternelle, elle a, depuis 1999, décidé de se consacrer entièrement à sa passion qu’est l’écriture et d’en faire son métier. Et elle est productive puisqu’elle a déjà à son actif une centaine de textes.

Marie Sabine Roger a plutôt l’habitude d’écrire pour les enfants et adolescents. C’est d’ailleurs une auteure connue et reconnue dans le monde de la littérature de jeunesse. Elle a écrit quelques livres pour les adultes mais ils restent assez rares. La tête en friche s’adresse plutôt aux ados et adultes.

 

– Le résumé du livre
La tête en friche - couverture

Germain, 45 ans, se dit « inculte et analphabète, « pas très futé mais pas débile pour autant ». Un jour dans le parc, il rencontre Margueritte, une petite vieille qui passe son temps à compter les pigeons. Et ça tombe bien, lui aussi il aime ça, compter les pigeons ! Margueritte lui apparaît comme une femme épatante, érudite, « pleine d’éducation mais qui n’en étale pas ».

Petit à petit ils vont commence à sympathiser. Et elle commence à lui apporter des livres. Germain n’ose pas lui avouer qu’il n’aime pas ça, par contre, il prend plaisir à l’écouter lire des livres voix haute. Les heures passées à écouter Margueritte vont lui apprendre la puissance des mots et faire changer sa vie.

Et puis il y a aussi sa mère qui ne l’a jamais vraiment aimé, tous ses potes de bistrot où il aime se retrouver pour boire un canon et bien sûr Annette, son amour de toujours…
 

– Des extraits  : j’aurais pu en mettre des dizaines mais il faut savoir s’arrêter. Si vous en voulez plus, lisez le !

« Ce qu’ils mettent au dos des romans, je vais vous dire, c’est à se demander si c’est vraiment écrit pour vous donner l’envie. En tout cas, c’est sûr, c’est pas fait pour les gens comme moi. Que des mots à coucher dehors – inéluctable, quête fertile, admirable concision, roman polyphonique… -et pas un seul bouquin où je trouve écrit simplement : c’est une histoire qui parle d’aventures ou d’amour -ou d’Indiens. Et point barre, c’est tout. »

« Faire l’amour, voilà bien un truc de gonzesse que j’aurais pas cru pouvoir dire. Comme quoi, il ne faut pas dire, Fontaine, je ne boirai pas de tonneau. »

« Au début je trouvais Margueritte marrante (…) et petit à petit je me suis attaché à elle par surprise. L’affection grandit sous cape, ça prend racine malgré soi et puis ça envahit pire que du chiendent. Ensuite c’est trop tard : le cœur, on ne peut pas la passer au Roundup pour lui désherber la tendresse. »

« Quand je regarde Margueritte, c’est drôle je ne vois qu’une toute petite mémé de quarante kilos, fripée comme un coquelicot, le dos un peu cassé et les mains qui breloquent, mais, dans sa tête, elle a des milliers d’étagères de livres, tous bien rangés, numérotés. Et ça ne se voit pas qu’elle est intelligente. Enfin qu’elle l’est à ce point là. Elle me parle normalement, elle se promène au parc, elle compte les pigeons, comme font les personnes ordinaires »

 

– Mon avis

C’est vraiment un roman que je vous conseille de lire. Des histoires d’amitié on en a vu et revu c’est vrai mais celle-ci est différente. Plutôt qu’amitié on pourrait même dire « adoption ». Ceux qui liront le livre comprendront …
Le livre allie des moments de tendresse, des moments où on pouffe de rire grâce à des répliques drôles et un Germain qui a de la répartie et du franc parler. C’est lui le narrateur alors forcément on se marre bien ! Bref, courrez le lire ! C’est un de mes coups de coeur.