RÉALISÉ PAR ERIC BREVIG, AVEC : BRENDAN FRASER, JOSH HUTCHERSON, ANITA BRIEM…

 

Voyage au centre de la Terre

 

 

Synopsis : Alors que la communauté scientifique se moque de ses recherches, le professeur Trevor Anderson décide de partir avec son neveux en expédition en Islande. Aidés d’une guide islandaise, ils partent à l’ascension d’un volcan. Ils se retrouvent piégés dans une grotte, puis vont peu à peu s’enfoncer dans les profondeurs terrestres et découvrir un monde inexploré, peuplé de créatures étranges.

Voyage au centre de la Terre est une adaptation (très) libre du roman de Jules Verne. En effet on est très loin du jeune Lidenbrock partant à la découverte du centre de la Terre avec sa seule boussole. Dans cette version, l’accent est mis sur les effets spéciaux, car le véritable (et peut-être unique) intérêt de ce film est sa version en 3D (qui n’est pourtant pas disponible dans tous les cinémas). Il faut admettre que voir des créatures étranges (type pyranas géants et dinosaures) dans un film d’aventure n’a rien de surprenant, mais quand ces dernières vous foncent dessus, en 3D ça fait un autre effet.

 

Voyage au centre de la Terre

 

Malheureusement il semblerait que le réalisateur, Eric Brevig, ait tout misé là-dessus, car l’histoire en elle-même est très « cliché ». On enchaîne rapidement les stéréotypes, entre le scientifique incompris qui va finir par faire une des plus grandes découvertes du siècle alors que personne ne croyait en lui, son neveux de 13ans dont le père a justement disparu lors de l’expédition qu’ils vont tenter et l’histoire d’amour entre Anderson et la jeune et jolie guide. Tout dans ce film est prévisible et gâche un peu le plaisir de la 3D. D’ailleurs on sent dans la manière de filmer que tout à été fait dans le sens de la 3D, on se fait cracher dessus, les poissons, les plantes carnivores, les oiseaux, etc… sont filmés en gros plan et finissent un moment ou a un autre par vous foncer dessus. Au début c’est surprenant, mais à la fin ça commence à faire attraction de foire. Dommage.

Voyage au centre de la terre reste un divertissement familial, le genre de film que l’on va voir le dimanche avec les enfants quand il pleut, mais qui ne marquera pas les esprits. Par contre il annonce sûrement le début des films en sortie 3D, qui apporteraient une nouvelle dimension (c’est la cas de le dire) au monde du cinéma.