Rarement une olympiade aura connu autant de contestation et d’engouement à la fois. Contestation qui a eu lieu dans de nombreux pays, notamment ceux où est passée la flamme olympique, et engouement de la part des chinois (encouragé par la dictature en place), très fiers d’accueillir pour la première fois les JO.

 

Bien sûr d’autres olympiades ont été mouvementées dans l’histoire comme celles de Moscou en 1980 qui furent boycottés par les Etats-Unis ou encore celles de Los Angeles 1984 boudées cette fois-ci par les pays du bloc soviétique. Mais ici la situation est différente, la guerre froide est terminée et l’on rencontre plus un phénomène de rejet ou d’ignorance de la part des peuples et non des nations. Peu de pays ont en effet eu le courage de tenir tête à la Chine en boycottant la cérémonie d’ouverture. En revanche, dans certaines villes, les populations ont massivement perturbé le passage symbolique de la flamme olympique qui a rapidement tourné à la mascarade à Londres, Paris ou San Fransisco.

Manifestation pro-tibétaine

Cette contestation est à mettre sur le compte du non respect des droits de l’homme dans l’Empire du milieu ainsi qu’à la répression dont est victime le peuple tibétain.

L’organisation de ces Jeux en Chine pose aussi la question de la crédibilité du Comité International Olympique qui a choisi un pays dont les valeurs olympiques sont bafouées depuis des dizaines d’années. Celui-ci avait confié ces JO à Pékin en demandant (naïvement) à la Chine de faire des efforts en matière de droits de l’homme et l’on constate aujourd’hui que les autorités chinoises n’ont nullement pris en compte ces directives.

 

L’environnement des Jeux

En plus du terrain politique, les JO de Pékin posent des interrogations dans d’autres domaines. Sur le plan environnemental tout d’abord car Pékin est une métropole qui est en permanence baignée dans un épais nuage de pollution dû à la circulation automobile (Pékin possède pas moins de six périphériques et près de 1000 nouveaux véhicules sont immatriculés chaque jour) et à l’industrie polluante. Les chinois ont donc pris comme mesure la mise en place de la circulation alternée dès le 20 juillet ainsi que la fermeture temporaire des usines les plus polluantes.

Au niveau de la gestion de l’eau, certains experts affirment que les JO entraîneront une augmentation de 30% de la consommation d’eau. Les autorités ont même détourné les eaux du fleuve jaune, du Yangzi et même de la province du Henan qui souffre déjà du manque d’eau.

Le ciel pollué de Pékin

Les Jeux Olympiques de Pékin sont également les plus chers de l’histoire avec un coût d’environ 24 Milliards d’€ avec la construction de très nombreuses infrastructures sportives, logements, infrastructures de transports (routes, métro…). Pour soi disant moderniser la ville, les autorités n’ont pas hésité à démolir près de 300 000 maisons et expulser leur habitants. Pour mener à bien tous ces projets, des milliers de travailleurs venus des campagnes chinoises sont venus participer à l’effort national payés avec un salaire de misère et hébergés dans des conditions indécentes. Bien évidemment, tous ces ouvriers seront gentiment renvoyés chez eux au mois d’août afin de na ne pas donner de la Chine une image de pays où de nombreuses personnes vivent dans la misère.

 

L’attribution de ces JO.

Cette olympiade est la XXIXème de l’ère moderne et se déroulera du 8 au 24 août 2008. L’attribution des JO à Pékin s’est déroulée en juillet 2001, la capitale chinoise étant alors en concurrence avec Toronto, Paris, Osaka et Istanbul.

 

Les sites olympiques

La très grande majorité des épreuves olympiques aura lieu à Pékin mais d’autres villes accueilleront des épreuves olympiques :
–  Qingdao : cette ville portuaire du sud-est de la Chine accueillera les épreuves de voile. Cependant, à quelques semaines des JO, la zone où se déroulent la compétition a été infestée par une algue toxique empêchant tout entraînement.
–  Hong Kong : l’ex-métropole britannique a de son côté obtenu l’organisation des compétitions de sports équestres.
–  Shanghai, Tianjin, Shenyang et Qinhuangdao accueilleront des matchs du tournoi olympique de football.

 

Le stade olympique

Les grands sites olympiques de Pékin

La ville de Pékin compte 31 sites olympiques : douze entièrement neufs, onze sites rénovés et huit sites dont la durée de vie est limitée aux JO. Voici la présentation de quatre grands lieux dont le stade olympique, grande fierté nationale :
–  Stade National : en forme de nid d’oiseau, ce stade de 91 000 places est le bâtiment le plus impressionnant des sites olympiques ; il accueillera les épreuves d’athlétisme et quelques rencontres de football.
–  Centre National de Natation : comme son nom l’indique, ce site en forme de cube verra se dérouler les compétitions de natation avec une capacité de 6000 places.
–  Palais National Omnisports : situé dans le parc olympique, ce bâtiment est destiné aux épreuves de handball, gymnastique rythmique et trampoline.
–  Laoshan Velodrome : pouvant contenir jusqu’à 6000 spectateurs, le vélodrome accueille toutes les épreuves de cyclisme sur piste.

 

Le centre national de natation

Les sports

Le programme de l’édition 2008 est assez similaire à la précédente olympiade. Vingt-huit sports seront présents répartis sur 302 épreuves. On notera par exemple l’arrivée du BMX comme nouvelle épreuve, mais également le 3000m steeple féminin.