FILM RÉALISÉ PAR TIM BURTON, AVEC : JOHNNY DEPP, HELENA BONHAM CARTER, ALAN RICKMAN, JAMIE CAMPBELL BOWER, ED SANDERS, SACHA BARON COHEN , LAURA MICHELLE KELLY, JAYNE WISENER…

 

Sweeney Todd

 

Avec son nouveau film Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street, Tim Burton se lance dans un nouveau genre : la comédie musicale sanglante.

Synopsis : Après avoir été jeté en prison par le juge Turpin qui lui a ravi femme et fille, Benjamin Barker revient à Londres après quinze années d’absence avec la ferme intention de se venger. Il reprend sa boutique installée au-dessus de la boulangerie douteuse de Mrs Lovett. Tous deux finiront par s’associer en alliant leurs « talents »…

Sixième collaboration entre Tim Burton et Johnny Depp, Sweeney Todd est un des films les plus attendus de 2008, d’autant plus qu’avec ce film Burton a fait le choix de se lancer dans un nouveau genre, la comédie musicale. Pari risqué quand on sait que la comédie musicale est un genre en déclin, qui se vend de plus en plus mal. Mais il en faut plus pour décourager Tim Burton qui signe ici un de ses films les plus réussis, primé par deux fois aux Golden Globes (Meilleure comédie ou comédie musicale et Golden Globes du meilleur acteur de comédie ou comédie musicale pour Johnny Depp).

L’esthétique du film est parfaite, avec une dominante de gris et de noir, et le rouge du sang qui vient trancher avec le reste. Les scènes des rêves de Mrs Lovett sont de véritables photos, les couleurs sont saturées, les décors irréels. La scène finale est sûrement une des scènes finales les plus réussies de Burton, le film se terminant sur une image qui rappelle les gravures des fins de contes, laissant l’impression de fermer un livre. Tim Burton montre encore une fois à quel point il maitrise l’imagerie gothique en y mêlant lyrisme et gore. On pense parfois à Sleepy Hollow qui apparaît plus comme un brouillon devant l’aboutissement que représente Sweeney Todd.

Ce qui fait ici la différence c’est le travail sur la musique. On remarque tout de suite l’absence de Danny Elfman avec lequel Burton a toujours collaboré depuis 1985 avec Pee-Wee Big Adventure, on a même du mal à s’adapter au début avec le jeune acteur à la tête d’ange Jamie Campbell Bower qui commence à pousser la chansonnette. Mais finalement (surtout après l’interprétation de « No place like London » par Johnny Depp), on se dit que Burton a plus d’un tour dans son sac. Peu à peu la bande-originale devient la force de ce film car elle fait de ce Burton un film à part et témoigne d’une volonté de se renouveler.

 

Sweeney Todd

 

On est séduit par les acteurs qui interprètent eux-mêmes les chansons. Helena Bonham Carter étonne, faisant même de l’ombre à Johnny Depp, par sa prestation de chanteuse et par sa présence. Le reste du casting est bien trouvé (à part peut-être Jayne Wisener qui interprète la fille de Barker et qui reste un peu creuse) avec notamment la présence de Sacha Baron Cohen (Borat), et d’un Alan Rickman qui sait jouer les méchants à la perfection tout en chantant juste.

J’ajouterai, comme on nous l’a fait remarquer à l’avant-première, que le fait que ce film soit chantant exaspèrera peut-être certains (surtout les garçons) et en dégoûtera peut-être d’autres (surtout les filles) parce que oui, c’est gore, mais Sweeney Todd s’inscrira sûrement dans la lignée des films que soit on adore soit on déteste, ce qui prouve qu’on ne peut pas rester indifférent face à ce travail, et tant mieux.