FILM RÉALISÉ PAR GUS VAN SANT , AVEC : GABRIEL NEVINS, JAKE MILLER, DANIEL LIU…

 

Paranoid Park

 

Quatre ans après Elephant qui avait reçu la Palme d’Or au Festivale de Cannes, Gus Van Sant revient sur le thème de l’adolescence.

Synopsis : Alex, un jeune skateur, tue accidentellement un vigile tout près du Paranoid Park, le skatepark le plus malfamé de Portland. Il décide de ne rien dire.

Après les deux excellents Elephant et Last Days, on ne pouvait que se réjouir à l’idée de voir un nouveau film de Gus Van Sant. Et encore une fois, il ne ne nous déçoit pas et signe un film prodigieux, Prix du 60ème anniversaire du Festival de Cannes. Gus Van Sant nous entraine, nous fait littéralement glisser dans l’histoire de cet adolescent un peu pommé, hésitant, qui en vient presque malgrè lui à commettre l’irréparable. Et même s’il s’agit de meurtre, il n’est pas pour autant question de porter un jugement, ni de montrer un jeune meurtrier en proie à la culpabilité, mais plutôt le manque d’attaches d’un adolescent qui vit complétement en dehors de la réalité. Alex le dit lui même, il a l’impression qu’il y a différents « niveaux » qui existent hors et indépendamment de la réalité.

Les images glissent, somptueuses, sur une bande-son toujours aussi bien trouvée. On plonge dans ce film avec le sentiment que tout est en suspend, hors du temps. C’est ainsi que l’on peut tenter de comprendre Alex, qui ne prend que plus tard, et sous les yeux du spectateur, conscience de l’horreur de son acte. Il ne cherchera pas à se repentir mais plutôt à se débarasser du poids de son secret pour reprendre pieds dans le réél auquel il ne fait plus qu’assister en tant que simple spectateur (cela va du divorce de ses parents qui apparaissent comme des figures lointaines, à sa relation avec sa petite-amie complètement superficielle). Ce n’est d’ailleurs pas chez sa copine clone de Barbie qu’il trouvera du soutient mais chez une autre jeune fille, moins jolie, mais qui, à elle seule représente la réalité, la conscience du monde et en cela elle lui donnera des réponses et la solution pour se libérer de son secret.

 

Paranoid Park

 

 

On ne manquera pas de remarquer la prestation impressionante du jeune Gabriel Nevins, acteur débutant casté via Myspace. Il incarne le personnage tout en retenue et nous permet d’être touchés malgrè le meurtre commis. Enfin, on peut conclure en disant que Gus Van Sant a signé une oeuvre poétique, aérienne, qui nous confirme que sa place est plus dans le cinéma indépendant que dans le grosse machine hollywoodienne.