FILM RÉALISÉ PAR SOFIA COPPOLA AVEC : KIRSTEN DUNST, JASON SCHWARTZMAN, JUDY DAVIS, RIP TORN…

 

Marie-Antoinette

 

 

Après Virgin Suicides et Lost in Translation, Sofia Coppola se lance dans une rétrospective de l’une des figures historiques françaises les plus controversées, Marie-Antoinette.

Synopsis : C’est en 1770 que Marie-Antoinette , âgée de 14 ans, quitte son Autriche natale pour devenir dauphine de France. C’est à Versailles qu’elle commence sa nouvelle vie. Très vite elle se sent étouffée par l’Etiquette contraignante et la pression exercée par la Cour et sa propre famille qui attendent d’elle qu’elle donne un héritier à la France. Marie-Antoinette s’isole de plus en plus du reste de la Cour et se réfugie avec quelques unes de ses amies dans une vie de plaisirs et de luxure, puis dans son petit Trianon. En évitant la Cour, Marie-Antoinette perd toute popularité et s’attire les foudres du peuple qui lui reproche ses dépenses.

En réalisant ce film Sofia Coppola prenait le risque de décevoir, notamment parce qu’elle n’a pas cherché à dépeindre une partie de l’Histoire de France mais plutôt la vie d’une femme qui,à 14ans, a dû quitter sa famille, ses amies et son pays pour être propulsée dans la sphère particulière et extrêmement codifiée de Versailles. Alors que l’Histoire nous parle d’une reine froide, distante et insouciante, on retrouve ici une jeune femme très seule, qui tente de faire de son mieux pour satisfaire son entourage. Marie-Antoinette ne se fait pas au système hypocrite de la Cour de Versailles et préfère s’isoler encore plus. Elle souffre de la timidité de son mari, ainsi que de la pression constante exercée par sa mère et la famille royale française et de la honte vis à vis de la Cour face à leur difficulté à avoir des enfants. Sofia Coppola montre une Marie-Antoinette humaine, loin de celle qui aurait répondu aux Français qui n’avaient plus de pain « Alors qu’ils mangent de la brioche ! ». On retrouve le thème de l’adolescence déjà traité dans Virgin Suicides, l’isolement, l’incompréhension, la pression familiale…

 

 

Marie-Antoinette

 

 

Kirsten Dunst (qui jouait déjà dans Virgin Suicides) interprète parfaitement son personnage, tout comme la foule d’acteurs qui jouent les nombreux personnages de la Cour. Les décors, les costumes et les couleurs donnent au film l’aspect d’un gâteau. Sans parler de la B.O. années 80 qui donne un dynamisme au film sans choquer. On pourra peut-être reprocher à Sofia Coppola d’avoir mélangé langue française et anglaise, ou de parfois donner à son film l’aspect d’un clip mais l’ensemble se tient et séduit. Certains affirment que ce film est un plus un grand caprice qu’autre chose, on pourra leur répondre qu’au moins c’est le caprice d’une reine.

 

Autres infos DVD :
Réalistation : Sofia Coppola
Acteurs : Kirsten Dunst, Jason Schwartzman…
Sons : Français et Anglais 5.1 et digital sound
Sous-Titres : Français
Durée : 1h58
Film-Annonce
Teaser
Format : 1.85

 

Edition Spéciale :
Premier court-métrage de Sofia Coppola
Documentaire historique de la BBC
Scènes inédites
Parodie d’une émission de MTV « King Louis’XVI Cribs »
Making-of (par Eleanor Coppola)
Galerie de photos