BANDE DESSINÉE DE CAPE ET D’ÉPÉE MARITIME.

Voici une bande dessinée qui nous plonge à l’époque des corsaires et des pirates. C’est aussi l’époque de la chouannerie bretonne où Cadoudal, l’un des derniers chefs vendéens organise la résistance aux armées républicaines. C’est dans cet atmosphère, que Gabrielle, une jeune fille au caractère bien trempé va faire de multiples rencontres et aller de surprises en surprises … Découvrez vite cette bande dessinée aventureuse et maritime réalisée par Dominique et Alain Robet, couple à la ville et à la planche.


– Dominique Robet, la scénariste

Dominique Robet est née à Cherbourg en 1972. Dès l’adolescence, elle ressent le besoin d’inventer des histoires et, comme elle le dit, elle a même « ébauché des débuts de romans ». La jeune femme devient ensuite professeur de lettres. Sa rencontre avec Alain Robet (qui deviendra son mari) lui permet de découvrir le milieu de la bande dessinée. C’est alors qu’elle se met à imaginer des scénarios. Dominique Robet a collaboré avec le scénariste Patrick Cothias pour la série « Le Chevalier, la Mort et le Diable ». Elle a également signé avec Alain Robet, l’ouvrage intitulé « Mémoire de fée ». Plus récemment, elle a écrit le scénario d’une biographie d’Anne de Bretagne en bande dessinée. Aujourd’hui, la jeune mère de famille réussit à concilier avec brio son travail de professeur de lettres et celui de scénariste.


– Alain Robet, le dessinateur

Alain Robet est né à Brest en 1963. Il débute sa carrière de dessinateur, coloriste en réalisant de courtes histoires. Cet homme est un spécialiste de la marine ancienne et de la reconstitution historique. C’est pourquoi il a déjà dessiné l’Histoire de plusieurs villes comme par exemple Lorient, Vannes, Quimper, Brest Évreux ou encore Rouen. Alain Robet a également dessiné la série « Le Chevalier, la Mort et le Diable », ainsi que la très célèbre série « Les 7 vies de l’Épervier ». Aujourd’hui, le dessinateur continue de réaliser des bandes dessinées tout en donnant des cours de peinture et de bande dessinée à Brest.


– Gabrielle B.
Cette bande-dessinée se divise en 3 tomes, dont le dernier n’est pas encore sorti. Les deux premiers tomes ont, quant à eux, été publiés aux Éditions Emmanuel Proust, dans la collection Trilogies.
* Tome 1 : « Le guerrier aveugle » (avril 2005)
* Tome 2 : « Masque d’argent » (octobre 2006)


– Tome 1 : « Le guerrier aveugle »

Gabrielle b. tome 1

L’histoire débute à la fin du XVIIIème siècle, à Granville, sur les côtes de la Manche. Nous sommes en plein dans l’époque des corsaires, pirates et flibustiers. Le capitaine Baubriand est assassiné, laissant derrière lui sa jeune fille de 7 ans : Gabrielle. Dix ans plus tard, Gabrielle Baubriand garde toujours en elle le désir de savoir qui a tué son père avec un amer goût de vengeance. La jeune fille, devenue corsaire de la République, est chargée de déjouer le complot royaliste mené par Cadoudal (un des derniers chefs des Chouans).

N.B. : D’ailleurs, le titre du premier tome n’a pas été choisi au hasard puisque « Le guerrier aveugle » est la traduction du mot breton « Cadoudal ».


– Tome 2 : « Masque d’argent »

Gabrielle b. tome 2

Dans le deuxième tome, Cadoudal tente un attentat contre Napoléon Bonaparte à Paris. Gabrielle est, quant à elle, chargée d’une nouvelle mission qui consiste à espionner l’armée anglaise sur les côtes de la Manche. Elle donne ses informations à Napoléon qui, en secret, prépare l’invasion de l’Angleterre. Dans ce tome, notre héroïne va faire la rencontre de « Masque d’argent » (d’où le titre de l’album), un personnage ambigu au passé trouble …

L’avis de Laetitia56

Cette bande dessinée nous fait passer un bon moment. Elle met en avant une jeune femme séduisante (les hommes apprécieront), volontaire et dynamique qui aurait peut-être plus sa place au XXème siècle qu’au XIXème. Le scénario est très bien documenté et se nourrit de faits réels, ce qui nous amène au plus près de la réalité. Même s’il est vrai qu’il paraît peu probable qu’une jeune femme de 17 ans puisse être un capitaine corsaire. Mais les dessins et le scénario nous font vite oublier ce petit détail. De plus, le récit est riche en péripéties, ce qui fait que le lecteur ne s’ennuie pas. Cette bande dessinée m’a fait découvrir l’univers des Chouans que je ne connaissais pas bien auparavant. »Gabrielle B. » n’est donc pas LA bande-dessinée de l’année mais c’est un bon divertissement, avec de bons dessins et un bon scénario.

Je conclurais par une citation de Dominique Robet, scénariste, qui résume bien son scénario : « Tout à la fois, « Gabrielle B. » est une aventure initiatique, une série d’espionnage, une bande-dessinée historique, un récit de corsaires, une belle histoire d’amour et une quête psychologique. C’est aussi une histoire d’honneur. »

Gabrielle b.