Dom Duff commence sa carrière de guitariste et de chanteur dans le groupe breton Diwall (groupe créé en 1996 dont Dom Duff est l’un des membre fondateur). En 2003, il sort un premier disque de folk celtique nommé « Straed an Amann » sur lequel il met en musique des textes poétiques et engagés. En 2005, Dom Duff sort l’album Lagan. Entre folk/blues/rock celtique et ballades mélancoliques, cet album possède une richesse et une profondeur musicale grâce à la diversité de ses influences.

 

Dom Duff Lagan

 

Ecrit principalement en breton, l’album « Lagan » s’ouvre avec la chanson « Son Faro » (« Chanson fière ») qui nous entraîne dans un rythme folk entêtant de guitare et chant breton. Dans cette chanson (ainsi que dans une bonne partie de l’album), on remarque d’emblée que les textes sont travaillés de manière poétique : « Je chanterai dans la langue qui me plaît / Tant qu’il me restera assez de souffle / Assez de souffle pour chanter vite / Et l’énergie d’écrire des chansons fières ». La chanson suivante , « Miz du » est toute en douceur avec des arpèges de guitares accompagnée de voix féminines éthérées et aériennes. Plus rythmé (toujours accompagnés de guitares), le morceau suivant « Kig ha fars » n’est pas dépourvu d’humour : « Aujourd’hui, il sera dur de trouver un bon plat / Et les voilà chez Mac Do / Quant à moi j’irai chez MacDuff / Il y aura du Kig / Il y aura du Fars / Il y a aura du Kig ha fars ! ».

 

On retrouve le côté poétique et éthéré dans la chanson « Hei ! Soner » : « Hey ! poète, conte-nous l’amour, / Décris-le d’un bout à l’autre ». « Job al lonker » (« Jo l’ivrogne ») , plus rythmé, mêle à la fois des influences folk/blues et un côté traditionnel. Ensuite, on a le droit à un retour à la douceur avec des arpèges de guitare dans le morceau mélancolique « Kenatchao ». Le côté traditionnel se fait plus entendre dans la chanson « Marc’h Arzur » qui laisse aussi une belle place à la guitare en fin de morceau. « Pagan camp », morceau folk, est chanté en anglais (le seul) sur cet album. « Kertrouz » (« Ville de bruit ») met l’accent musical sur des rythmes folk sonnant parfois comme des rythmes orientaux. la chanson suivante, « E penn ar skaon » (« Au bout du banc »), est une belle ballade mélancolique mise en avant par la présence de violons. « An nor c’hlas » (« La porte bleue ») commence avec quelques notes de guitare rapidement rejointes par un rythme soutenu de guitare. « ’Tra da lavar » vient clore l’album avec violons évoquant des chansons celtiques.

 

 

–  « Lagan » est un album qui mêle à la fois chansons folk/blues celtiques et ballades. Parfois, on pense à des artistes comme Neil Young sur certaines chansons folk. Certains rythmes plus soutenus font aussi penser à ceux du groupe de rock celtique Red Cardell. Selon Rock’n Folk, Dom Duff « fait sonner le breton comme une langue internationale ». En effet, dans cet album, Dom Duff a su mêler avec intelligence tradition et modernité. Il en ressort un disque de folk celtique accessible mais qui reste original par cette identité musicale particulière.