Né au Canada en 1999, le groupe Hot Hot Heat (pop-rock) n’a cessé, ces dernières années, de gagner en popularité et en célébrité. Alliant un rock aux rythmes assez cadencés et répétitifs à un son disco pop digne des années 70/80, il s’oriente d’abord vers une sorte de « revival » de cette époque, conquérant par là de nombreux fans lors de leurs concerts. Ils signent à cette époque plusieurs démos et singles qui ne seront guère commercialisés mais feront leur renommée dans leur région.

 

–  1999 : Hot Hot Heat Selftitled I&II

Ces deux démos contiennent surtout des projets de titres non aboutis. Malgré tout, le ton du groupe y est déjà présent, même si le son est plus disco que dans leurs projets et albums suivants. A écouter si on veut explorer toutes les facettes du groupe et écouter leurs débuts.

 

–  1999 : Split With The Red Lights Sting

Split With The Red Lights Sting constitue leur premier projet sérieux, mais il s’agit plus d’un « best of » de leurs démos et concerts que d’un album. Il est probable que s’il paraît un jour à grande échelle, il le sera à titre de « rarities ». Dans ce pseudo album se trouve malgré tout les prémices de ce que le groupe produira dans les albums suivants et la musique y est plus orientée vers un rock rythmique et « actif ».

 

–  2000 : Scenes One Throught Thirteen

Le premier véritable album, Scenes One Throught Thirteen, constitue le vrai départ du groupe sur la route de la gloire : des morceaux plus soignés mélodiquement que les oeuvres précédentes, des paroles plus conséquentes, ce disque a tout pour plaire.

 

 

Hot Hot Heat Knock Knock Knock

 

–  2000 : Knock Knock Knock

Knock Knock Knock a ceci de particulier qu’il s’agit d’une sorte d’album inédit. Enregistré à peine 6 mois après le premier album du groupe, il semble marquer un retour aux sources du groupe et comprend des mélodies plus pop que dans le précédent disque du groupe. Les paroles y sont par contre aussi recherchées.

 

 

Hot Hot Heat Make Up The Breakdown

 

–  2002/2003 : Make Up The Breakdown

Après deux années de tournées et d’enregistrements de disques singles, l’album Make Up The Breakdown paraît. Une vraie perle. Même si au premier abord on peut penser qu’il s’agit de l’oeuvre d’un groupe plutôt funk et pop amateur qui a su trouver deux ou trois bons titres, on se rend compte par la suite qu’il s’agit d’un CD totalement achevé qui est festif et fait pour l’être. Des mélodies qui ne donnent pas irrésistiblement envie de danser mais presque, des paroles assez simples mais parfaitement adaptées et la voix du chanteur qui s’accorde admirablement bien avec le son des synthétiseurs et guitares, cet album est un délice à l’écoute. Les sons rock, pop, disco et jazzy sont parfaitement intégrés les uns avec les autres et si parfaitement entremêlés qu’on ne peut en qualifier aucun d’un genre particulier.

 

 

Hot Hot Heat Make Up The Breakdown

 

–  2005 : Elevator

Elevator, le nouvel album paru deux ans après Make Up The Breakdown, est également un joyau audio pour qui aime ce style particulier propre au groupe. Les mélodies sont aussi soignées que dans le précédent, les paroles sont un tantinet plus recherchées et le son s’oriente plus vers un genre baba-cool. Certains titres, à bien des égards, rappellent The Beatles tandis que d’autres s’inspirent clairement des Rolling Stones ou de Jimi Hendrix, avec toutefois une grande originalité et la touche du groupe, si subtile qu’on ne parvient guère à la détecter. Cet album est à coup sûr celui qui semble le plus abouti.

 

 

–  En bref, Hot Hot Heat, c’est un de ces groupes qui, par la reprise d’anciens genres, parvient à faire quelque chose de totalement nouveau. Un groupe quasi entièrement original et tout à fait unique. On aime ou on n’aime pas, mais on ne peut pas être indifférent à leur musique. Personnellement, j’aime.

 

(Article écrit par Funram)