Alors que se sont déroulés les championnats du monde de cyclisme sur route à Vérone (Italie) le 3 octobre dernier et que la coupe du monde touche à sa fin, il est temps de faire le bilan côté français et de tirer la sonnette d’alarme car on est loin de l’époque où les coureurs français dominaient le cyclisme mondial.

En effet, aucun français n’a remporté l’une des dix épreuves de la Coupe du Monde (Milan – San Remo, Tour des Flandres, Paris – Roubaix, Amstel Gold Race, Liège – Bastogne – Liège, Hewcyclassic Hambourg, Classica San Sebastian, Championnat de Zurich, Paris – Tours et Tour de Lombardie). Ce sont les italiens et les espagnols qui dominent les différentes courses comme Paolo Bettini, Davide Rebellin ou encore le triple champion du monde Oscar Freire. Où sont les français ? Pourquoi ce malaise ? Et bien il y a plusieurs pistes possibles.

Premièrement, le cyclisme français a beaucoup souffert durant l’époque 1997-2002 et les affaires de dopage ce qui a entraîné une diminution du nombre de jeunes vers la pratique du cyclisme. Et qui dit moins de jeunes, dit moins de chances d’avoir des champions. C’est pourquoi, la France n’a pas de bons coureurs de la tranche d’âge 25-30 ans.

voeckler

Thomas Voeckler

En plus de cette première explication qui ne concerne pas que les français, on trouve une raison plus « nationale ». En effet, l’objectif principal des cyclistes français reste la participation au Tour de France qui est (et on le comprend) l’évènement de l’année. Les coureurs axent donc leur préparation plus ou moins en fonction du Tour en délaissant les autres courses. On a donc plusieurs coureurs français qui s’illustrent au mois de juillet (comme cette année avec Thomas Voeckler) mais qui sont totalement absents des podiums le reste de l’année, or la saison va de février à Octobre… Pour illustrer cela, le Tour d’Espagne qui a lieu au mois de septembre est un excellent moyen pour affronter la fin de saison ; or il se trouve que lors de la dernière édition, seuls quelques français y ont participé et un seul l’a terminé… Beaucoup ont préféré partir en vacances et décliner une sélection en équipe de France pour les championnat du monde. Résultat : les français avec une composition d’équipe unique, ont terminé dans les profondeurs du classement quand ils n’ont pas abandonné. D’autres préfèrent participer à des courses moins prestigieuses comme les épreuves de Coupe de France qui ironie de l’histoire a été enlevée par le norvégien Hushovd .

Chavanel

Sylvain Chavanel

Cependant, malgré cela on peut espérer des jours meilleurs grâce aux coureurs espoirs, notamment ceux de l’équipe Brioches La Boulangère, future Bouygues Telecom tels les Thomas Voeckler ou Sylvain Chavanel. D’ailleurs, cette équipe a placé quatre coureurs aux cinq premières places du classement de la Coupe de France et au classement mondial, les cyclistes français espoirs se hissent à la première place.