Ou le regard ne porte pas planche