En cette année 2004, Athènes accueille pour la deuxième fois de son histoire les Jeux Olympiques modernes du 13 au 29 août après la première édition de 1896, réinventés par Pierre de Coubertin. Plus de 10 000 athlètes seront présents, représentant 202 nations, ainsi qu’un million et demi de spectateurs et l’on estime que 4 milliards le nombre de téléspectateurs qui suivront l’événement.

Décidément 2004 est l’année de la Grèce sur le plan sportif. Après la victoire surprise de la Grèce à l’Euro portugais et toute la ferveur que cela a pu entraîner, les grecs remettent ça avec les J.O. Normalement, Athènes aurait du accueillir les jeux en 1996 pour le centenaire des Jeux Olympiques de l’époque moderne, mais c’est finalement Atlanta qui grâce à d’importants pots de vins avait décroché l’organisation. Quoiqu’il en soit les grecs organisent cet événement 8 ans plus tard. Le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne se fait pas sans bruit en raison des énormes retards pris dans la plupart des chantiers sportifs ou dans les infrastructures de transport.

Plus de 4,5 milliards d’euros ont été dépensés pour construire ou renover les diverses infrastructures. Cela s’est traduit par la construction d’un nouvel aéroport, d’un périphérique autoroutier, de plusieurs lignes de métro, d’un tramway, de la restauration des immeubles, de places aménagées… Plus de 10 000 arbres et 600 000 fleurs ont été plantés dans la capitale grecque et désormais les stations de métro sont de véritables petits musées présentant les vestiges découverts lors de la construction du métro. Bref ces J.O. auront au moins permis de transformer profondément Athènes en une véritable capitale européenne.

stade olympique athenes

Stade Olympique

Sur le plan sportif, Athènes s’est dotée d’un nouveau stade olympique, d’un village olympique, d’un complexe de tennis, d’un bassin d’aviron, d’un vélodrome, ainsi que différentes salles de sport, etc. Tous ces sites s’insérant dans un paysage qui fait une large place aux espaces verts. En fait, 90% des travaux réalisés n’ont qu’un lien indirect avec les J.O.. La construction du stade olympique (75 000 places) est une véritable prouesse technique et technologique avec un toit distinct du stade formant une couverture en polycarbone permettant de réduire la chaleur pour les spectateurs. L’architecte catalan Santiago Calatrava chargé de la réalisation de l’ouvrage est un véritable artiste avec à son palmarès la future station de métro de Ground Zero à New York, la gare St Exupéry de Lyon ou encore le Milwaukee Art Museum.

A noter que le vieux stade Panathénaïque construit pour les jeux de 1896 accueillera les épreuves de tir à l’arc et l’arrivée du marathon, marathon qui reprendra le même parcours que Phidippides qui au Vème siècle avant JC avait parcouru les 42,195 km entre Marathon et Athènes pour annoncer la victoire des Grecs sur les Perses.

 

Pollution

La réalisation de deux nouvelles lignes de métro et de 26 km de tramway a considérablement transformé les habitudes de transport des athéniens qui étaient jusqu’alors de fervents utilisateurs de l’automobile. Couplé à la circulation alternée et aux filtres installés sur les cheminées des usines, la pollution a diminué de 30% selon les autorités grecques et le nuage grisâtre qui stagnait au-dessus d’Athènes a quasiment disparu.

 

Velodrome Athenes

Le Vélodrome d'Athenes

Les différents sites

– Complexe sportif Olympique d’Athènes (OAKA) : athlétisme, cyclisme, natation, gymnastique et tennis.
– Complexe d’Hellenikon : escrime, basket, base-ball, canoë-kayak, handball, hockey et soft-ball.
– Stade Panathénaïque : tir à l’arc et arrivée du marathon.
– Centre Olympique de Phalère : volley-ball, beach volley et taekwondo.
– Centre équestre de Markopoulo : toutes les épreuves d’équitation.
– Gymnase Olympique d’Ano Liossia : judo et lutte.
– Gymnase Olympique de Goudi : badminton et pentathlon moderne.
– Gymnase Olympique de Nikaia : haltérophilie.
– Centre Olympique de Vouliagmeni : triathlon.
– Centre Olympique de Galatsi : tennis de table et gymnastique rythmique.
– Centre de voile Agios Kosmas : toutes les épreuves de voile.
– Centre Olympique de Schinias : canoë-kayak et aviron.
– Salle de Boxe de Peristeri : boxe.

Carte des différents sites olympiques

Le stade Panathénaïque

Le stade Panathénaïque

On a beaucoup critiqué la Grèce pour son retard mais rappelons qu’en 2000 Sydney était dans la même situation que la capitale hellénique, Athènes ayant la découverte de nombreux sites antiques comme circonstance atténuante et que les Grecs sont les champions de la dernière minute.