Après notre escale celtique aux Asturies, nous voilà de retour en Méditerranée et plus précisément dans la région de Bodrum dans le Sud Ouest de la Turquie.

Bodrum.

Bodrum est un peu le St Trop’ turc avec de très nombreux bars et boîtes de nuit gigantesques (dont certaines sur des bateaux), sans oublier les luxueux yachts… Mais la comparaison s’arrête là, car s’il est évident que Bodrum est une ville très touristique, elle possède un charme particulier.

 Tout d’abord, Bodrum est située dans une baie magnifique et possède un grand port de plaisance où l’on ne trouve presque que des goélettes en bois fabriqués selon le style traditionnel. Ce qui fait la particularité de cette ville, ce sont les magnifiques maisons blanches (et l’absence de constructions défigurant le paysage… contrairement au reste de la côte) et le château des Croisés.

.

– Un peu d’histoire

Pour ceux qui s’intéressent à l’histoire et particulièrement à la période antique, Bodrum est l’ancienne cité d’Halicarnasse connue pour son célèbre roi Mausole (règne de 376 à 353 av. JC). Mausole fit d’Halicarnasse un des plus grands ports méditerranéens et lorsqu’il mourut, on lui construisit une sépulture immense : le mausolée ; le mausolée était si important qu’il devint l’une des sept merveilles du monde. Malheureusement, il ne reste quasiment rien de cette œuvre architecturale, le mausolée ayant été détruit par un tremblement de terre. On trouve aujourd’hui quelques sculptures au British Museum de Londres.

Halicarnasse resta une ville importante jusqu’à l’époque des Romains, puis tomba dans l’oubli jusqu’à ce que les Croisés y construisirent un château au XVème siècle grâce aux vestiges du Mausolée.

.

– A voir

* le Château des Croisés : ce château est situé sur une presqu’île et est dans un excellent état de conservation. Il abrite un musée des découvertes sous-marines, un jardin de style andalou, un musée archéologique avec notamment des objets et des poteries provenant d’épaves de bateaux qui se seraient échoués entre le XVI et le XIIIè siècle av. JC.

* le théâtre antique, situé sur les hauteurs de la ville, offre une superbe vue sur la baie de Bodrum.

* le port : il est impensable d’aller à Bodrum sans passer un peu de temps à flâner le long du port où sont amarrées les goélettes en bois.

* le marché : très coloré, on y trouve de tout : fruits, légumes, épices… n’hésitez surtout pas à marchander si vous ne voulez pas vous faire avoir, le marchandage fait partie de la culture turque.

* les balades en goélettes , le long de la côte où vous pourrez découvrir de magnifiques criques, idéal pour les amateurs de baignades et de plongée, car il n’y a pas de plage à Bodrum même.

.

Ruines du temple d'Apollon, Bodrum

Les ruines du temple d'Apollon à Bodrum

.

– Quelques rappels sur la Turquie

La Turquie est un pays de presque 70 millions d’habitants, grand comme une fois et demie la France. Les turcs sont à 99 % musulmans mais ne sont pas arabes (les arabes viennent de la péninsule arabique alors que les turcs sont originaires d’Asie centrale). La Turquie est un Etat laïc comme la France, depuis Mustapha Kemal (surnommé Ataturk) et la religion est donc séparée de l’Etat. Le vendredi est un jour normal contrairement aux autres pays musulmans et le jour chômé est le dimanche. Ici, pas de débats sur les signes religieux, le voile est interdit à l’école et dans les administrations. Par ailleurs, vous verrez relativement peu de femmes voilées à Bodrum et plus généralement dans les grandes villes. Les turcs sont musulmans, mais cela ne les empêche pas de produire et boire de l’alcool à commencer par le raki, alcool anisé (qui est proche du pastis ou de l’ouzo grec) de 45° ; mais également la bière (la plus célèbre étant la Efes Pilsen) et les vins : rouges (kirmizi), blancs (beyaz), rosés (roze ou pembe).