Le Tour de France fête cette année son centenaire ; la compétition cycliste la plus prestigieuse du monde a en effet vu le jour en 1903.

Pour remémorer la première édition, l’organisation du Tour a décidé de partir de Paris, ainsi que d’organiser plusieurs arrivées d’étapes dans les grandes villes de France toujours dans l’esprit de 1903. On aura ainsi des arrivées à Nantes, Bordeaux, Toulouse, Marseille, Lyon et Paris. De nombreuses manifestations auront lieu dans les villes de départ et d’arrivée.

Ce petit côté « souvenir » paraît de bonne augure pour aborder la compétition ; cependant, il ne faut pas se voiler la face quant au problème du dopage. Les autorités sportives devront prendre leurs responsabilités et ne pas continuer leur politique de l’autruche. Le dopage se pose pour de nombreux coureurs, l’actualité ayant récemment ressurgi avec l’affaire Rumsas. On se souviendra que le cycliste lituanien, dont l’épouse avait été arrêté par les autorités françaises en possession de produits illicites et qui selon ses dires étaient destinés à sa grand-mère, avait terminé sur la troisième marche du podium en 2002 et avait toujours clamé son innocence. Or, cette année, lors du Giro (Tour d’Italie) il a été pris en flagrant délit de dopage… Il est temps de stopper cette hypocrisie.

Parcours du Tour de France 2003

Mais, Rumsas n’est pas le seul et ne doit pas être le bouc émissaire de tout le milieu cycliste. Armstrong est très limite au jeu du dopage. En fait, il profite des failles du système. Armstrong a été victime il y a quelques années d’un cancer et s’en est très bien remis. Peut être trop bien remis… En effet, alors qu’il était auparavant un coureur moyen, il devient après une maladie très grave qui laisse des séquelles à vie (renseignez vous auprès de personnes ayant survécu à ce terrible événement) un excellent coureur en remportant 4 Tours de France. Il est impossible de devenir meilleur après une telle épreuve, surtout dans le milieu sportif. Et s’il est un si grand coureur, pourquoi ne participe-t-il qu’au Tour de France ou aux courses préparant le Tour de France (Dauphiné Libéré, Midi Libre) ?

Bref, ce n’est pour cette année qu’on aura un Tour « propre » ; espérons tout de même que les autorité compétentes, notamment l’UCI (Union Cycliste Internationale) fassent un sérieux effort de ce côté là.