Alors que plusieurs championnats européens ont été récemment bousculés, les négociations concernant les droits TV du championnat de football français viennent de débuter dans un climat tendu.

.

Au niveau européen tout d’abord, avec les récentes faillites des groupes Kirsch (groupe allemand propriétaire des droits TV des Coupes du monde 2002 et 2006, du championnat allemand et de nombreuses autres compétitions sportives…) et ISL, groupe suisse spécialisé dans la gestion du sponsoring des événements sportifs. La faillite de Kirsch a entraîné un manque à gagner considérable pour certains clubs allemands qui dépendent fortement de cette manne financière. A cela s’ajoutent des conflits dans la répartition de ces droits entre le « petits » et « grands » clubs, qui ont entraîné le report du début des championnats italiens et grecs.

.

Au niveau français ensuite, où Canal + (filiale de Vivendi Universal) connaît la plus grave crise de son histoire avec pour conséquence des moyens financiers limités. Or, le football est un des piliers de Canal (tout comme le cinéma) et il n’est pas envisageable de le voir disparaître des programmes sous peine de perdre des centaines de milliers d’abonnés. TPS, de son côté, dispose de plus de moyens financiers mais ne veut pas mettre tous ces œufs dans le même panier pour ne pas devenir trop dépendant du football.

.

C’est pourquoi, la LFP (Ligue de Football Professionnel) a décidé, pour la période 2004-2007, de ne pas vendre tous les droits à un seul groupe. Elle propose donc deux « packs » : le premier comprendrait les deux matches décalés de la journée de championnat et le second engloberait un match de la journée plus l’émission « Jour de foot » (actuellement sur Canal +) ; ces deux packs seraient environ au même prix. A cela s’ajoutent la vente des émissions « Téléfoot », « Foot 3 » et la Coupe de la Ligue. TF1 et M6 vont se battre pour Téléfoot, tandis que France Télévision devrait conserver Foot 3, enfin, la Coupe de la Ligue serait disputée entre France Télévision et M6.

Espérons seulement que ces âpres négociations ne nuisent pas à la qualité du jeu…